Réduction du congé parental: «Les économies ne seront pas pour nous»

VOTRE AVIS L’État cherche à faire des économies et n’hésite pas à toucher aux avantages des familles… 

Adrien Chauvin

— 

Le déficit de la Sécurité sociale s'élève à 11,7 milliards d'euros en 2014.
Le déficit de la Sécurité sociale s'élève à 11,7 milliards d'euros en 2014. — ANGOT/SIPA

Alors que la dette publique a dépassé les 2.000 milliards d’euros, la ministre de la Santé Marisol Touraine a dévoilé les mesures économiques qui réduiront le déficit de la sécu. En première ligne, la prime de naissance qui sera divisée par trois, de 923 à 308 euros, à compter du deuxième enfant. Mais ce qui fait le plus valser, c’est la réduction du congé parental pour les femmes, qui passe de 3 ans à 18 mois pour chaque parent.

«L’homme gagne le plus d’argent»

Partager le congé parental était l’idée du gouvernement pour renouer avec l’égalité homme-femme. Pour Fabienne, à l’heure actuelle la société n’est pas prête à accueillir ce genre de mesure: «Il faudrait d’abord penser à la répartition des salaires. L’homme gagne plus que la femme, alors pourquoi lui demander de prendre un congé?»

D’autant plus que les employeurs ne sont pas réticents à l’idée de lâcher leurs salariés pour plusieurs mois. «Mon mari a pris ses 11 jours de congé paternité quand notre premier enfant est né. Je ne vous dis pas la tête de son patron quand il lui a annoncé la nouvelle.»

>> Economies du budget famille: «On va faire passer la pilule grâce à un habillage de gauche: l’égalité homme-femme»

«Il n’y a plus de place en crèche»

«90% des hommes ne prendront pas leur congé parental», ajoute Houna. Dans cette idée, ne pouvant scolariser son enfant avant ses trois ans, la famille se retrouvera obligée de payer une nounou: «On élève notre enfant pendant un an et demi, ensuite on travaille dix-huit mois pour lui payer une nourrice à 3,50 euros de l’heure. Les économies ne seront pas pour nous.»

Pour Nathalie, trouver une crèche pour ses enfants est déjà «un calvaire». Si le gouvernement avait prévu d’augmenter les capacités des garderies, cette mère de famille aurait accueilli à «bras ouverts» cette mesure. Loin du compte, elle déplore les faits: «Dans mon village de 1.800 habitants, il n’y a que 14 places en crèche. Autant jouer au loto!»

Une question d’emploie

Concernant l’employeur, les internautes estiment que de réduire la durée du congé parental permettra de remplacer les salariés: «Quand la femme partait trois ans en congé parental, soit tu avais l’argent pour engager un employé en CDI, soit tu restais en sous-effectif. Maintenant il sera possible de recruter une personne en CDD.»

Moins enthousiaste, Aurélie voit le scénario catastrophe pour les femmes: «Comme l’homme ne pourra pas quitter son travail, elles vont décider de démissionner pour s’occuper de leur enfant pendant trois ans.» 

En 2015, ces mesures devraient réduire de 700 millions le déficit de la Sécurité sociale. Pour Wallaby, le problème ne vient pas des prestations sociales perçues par les familles, mais bien des fraudeurs: «En 2012, la fraude aux cotisations sociales des entreprises s’élève à plus de 20 milliards d’euros. Je vous laisse calculer.»