Les immanquables du jour: Pas d'examens pour McDo, la richesse de Daesh et les petites phrases de Juppé

ACTU Les infos qu'il ne fallait pas manquer ce lundi 29 septembre...

David Blanchard
— 
Alain Juppé, maire de Bordeaux et candidat à la présidence de l'UMP, à Bordeaux le 19 septembre 2014
Alain Juppé, maire de Bordeaux et candidat à la présidence de l'UMP, à Bordeaux le 19 septembre 2014 — Nicolas Tucat AFP

Montpellier est sous les eaux, les sénateurs restent des hommes âgés, Luka Magnotta comparait devant ses juges à Montréal, Zlatan ne croisera pas Messi... Les sujets ne manquent pas aujourd'hui sur 20 Minutes. Mais voilà les essentiels, choisis par la rédaction.

Le papier le plus lu du jour: La pénalisation de la contamination par VIH en question

Christophe Morat est accusé d'avoir transmis sciemment le virus du Sida à des partenaires, en récidive. Il est jugé à Marseille (Bouches-du-Rhône) jusqu'à jeudi. L’affaire relance le débat autour de la pénalisation de la transmission du VIH, peu encadrée par la loi française.

Le papier le plus partagé du jour: Licenciée par McDo pour s'être rendue à ses examens

Une jeune femme de 20 ans, étudiante en droit et salariée en CDI au McDonald's de Lamballe (Côtes-d'Armor), a été licenciée pour s'être absentée pendant quelques jours afin de réviser et passer ses examens de fin d'année. Elle a décidé d'attaquer MacDonald's devant les prud'hommes.

Le papier recommandé par la rédaction: Daesh n'est pas riche, selon Mathieu Guidère

Mathieu Guidère, professeur d'islamologie à l'Université de Toulouse et spécialiste du terrorisme, juge le bilan des frappes sur Daesh «mitigé», car la coalition bombarde des zones où l'armée de l'Etat islamique n'est pas présente. Il assure que «Daesh n’est pas une organisation richissime comme voudraient le faire croire les Américains: elle n’est pas payée en dollars mais en dinars, qui est une monnaie de singe».

Le papier des régions: Juppé répond à Bernadette Chirac

L'ancienne première dame a déclaré ce lundi que le maire de Bordeaux «est très, très froid et n'attire pas les gens». Avant le conseil municipal ce lundi, il a pris le temps de répondre, lâchant non sans humour: «J’ai vu récemment Jacques Chirac et ça a été un moment de grande convivialité. Il m’a confirmé son sentiment, à savoir que j’étais le meilleur d’entre nous.» Nicolas Sarkozy appréciera.