Air France: La fin d’une grève qui n’aura servi à rien?

MOUVEMENT SOCIAL Les pilotes de la compagnie n’ont pas réussi à trouver un terrain d’entente avec la direction après quatorze jours de grève…

A.Ch. avec AFP

— 

Un panneau annonce des vols annulés sur Air France, le 26 septembre 2014 à l'aéroport de Marseille Provence, à Marignane
Un panneau annonce des vols annulés sur Air France, le 26 septembre 2014 à l'aéroport de Marseille Provence, à Marignane — Bertrand Langlois AFP

Ils n’ont pas obtenu ce qu’ils voulaient mais ils vont quand même reprendre le travail: le principal syndicat de pilotes d'Air France, le SNPL, a annoncé dimanche la fin de la grève record de quatorze  jours qui n'aura pas permis de trouver un terrain d'entente avec la direction autour de la filiale low cost Transavia.

Pas d’accord sur le statut des pilotes

Mobilisés depuis deux semaines pour obtenir un contrat unique pour les pilotes d'Air France et de Transavia, la filiale low cost du groupe, les grévistes ont obtenu l’abandon du projet de Transavia Europe, une déclinaison européenne de la filiale française, mais n’ont pas fait bouger la direction sur le statut des pilotes. Dans son dernier protocole de «sortie de crise» communiqué vendredi soir, le groupe prévoyait ainsi de maintenir l'emploi des pilotes «aux conditions d'exploitation et de rémunération de Transavia France», «afin de garantir la compétitivité de cette dernière ainsi que son développement en complémentarité avec le réseau Air France».

Un plan perçu comme une ultime provocation par les syndicats: «On avait fait des concessions sur les conditions de travail mais ce qu'on voulait c'était que tout le monde conserve un contrat Air France car on voulait pouvoir maîtriser un même groupe de pilotes», a déclaré le porte-parole du syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), Guillaume Schmid. Sans contrat unique, les pilotes craignent de voir fondre les avantages du statut Air France au profit du statut Transavia, moins généreux.

«Poursuivre les discussions dans un cadre plus serein»

Après une dernière réunion marathon qui s’est achevée à 4h du matin ce dimanche, les pilotes ont décidé de mettre fin à leur grève: «Les conditions du dialogue social ne sont aujourd'hui pas réunies, nous avons décidé de prendre nos responsabilités en levant le mouvement de grève», a affirmé à l'AFP le porte-parole du syndicat national des pilotes de ligne (SNPL, majoritaire), Guillaume Schmid, disant vouloir «poursuivre les discussions dans un cadre plus serein». La direction d'Air France s’est félicitée de la fin de la grève mais déplore que les syndicats de pilotes n'aient pas signé le protocole d'accord de fin de conflit qui permettrait de développer Transavia France.

Le trafic aérien reprendra «progressivement», a indiqué Air France dans un communiqué: «Les vols d'ores et déjà annulés dimanche 28 et lundi 29 septembre resteront annulés. Le retour à la normale s'effectuera progressivement à partir du mardi 30 septembre, en raison de contraintes opérationnelles et règlementaires. Les avions ayant été immobilisés plusieurs jours, des vérifications obligatoires sont nécessaires avant une reprise de l'activité». Depuis le début de la grève, la compagnie a alerté sur sa situation devenue «extrêmement délicate», chaque jour de grève lui faisant perdre «20 millions d'euros», soit 280 millions au total.