Le Premier ministre Manuel Valls devant les industriels allemands, le 23 septembre 2014, à Berlin
Le Premier ministre Manuel Valls devant les industriels allemands, le 23 septembre 2014, à Berlin — Odd Andersen AFP

SOCIETE

Air France: Valls hausse le ton et appelle les pilotes à cesser une grève «insupportable»

Le Premier ministre s'en est pris à l'«attitude égoïste» des pilotes...

Manuel Valls a vivement haussé le ton vendredi concernant la grève des pilotes d'Air France, appelant de nouveau les pilotes à arrêter une grève désormais qualifiée d'«insupportable» et d'« irresponsable » pour les usagers, la compagnie aérienne et le pays.

Une «attitude égoïste»

En marge d'un déplacement à Arras (Pas-de-Calais), le Premier ministre s'en est pris à l'«attitude égoïste» des pilotes grévistes, les appelant à accepter la dernière proposition faite par la direction et à abandonner leur revendication d'un contrat de travail unique entre les pilotes d'Air France et de sa filiale à bas coûts Transavia. Cette demande «ne peut pas aboutir» car elle est «contraire» aux conditions de développement du low-cost, selon Manuel Valls.

«Nous avons laissé le dialogue s'instaurer et se poursuivre dans des conditions difficiles. Mais nous le disons très clairement, une nouvelle fois, cette grève doit s'arrêter», a déclaré le Premier ministre en réponse à une question sur sa position sur le conflit, qui n'avait pas trouvé d'issue vendredi en fin de journée.

«Cette grève est insupportable pour les usagers qui sont gênés dans leurs voyages depuis 12 jours. Cette grève est insupportable pour l'entreprise Air France qui a été notre préoccupation et qui perd chaque jour entre 15 à 20 millions d'euros. Cette grève est insupportable enfin pour l'activité économique du pays et pour l'image de la France à l'étranger», a-t-il déclaré.

Une grève «irresponsable»

La direction d'Air France a annoncé vendredi avoir proposé aux syndicats de pilotes en grève un protocole «de sortie de crise» sur la base inchangée de son projet de développement de sa filiale à bas coûts Transavia France.

«La direction a fait des concessions», a plaidé Valls, rappelant le retrait du projet Transavia Europe et soutenant le projet «essentiel» qu'est selon lui Transavia France.

La dernière proposition de la direction «est de nature, reste de nature, à mettre fin à cette grève coûteuse et dommageable pour le pays». L'attitude des pilotes est «irresponsable», a encore critiqué Valls. «Un mouvement purement corporatiste ne peut pas par son refus de tout compromis mettre en péril une entreprise comme Air France», a-t-il asséné.