VIDEO. Assassinat d’Hervé Gourdel: «Pas en notre nom», crient les musulmans de France

RASSEMBLEMENT Plusieurs centaines de musulmans de France se sont rassemblées, ce vendredi après-midi devant la Grande mosquée de Paris, en hommage à l’otage français décapité mardi soir…

Fabrice Pouliquen

— 

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce vendredi après-midi devant la Grande Mosquée de Paris en hommage à Hervé Gourdel.
Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce vendredi après-midi devant la Grande Mosquée de Paris en hommage à Hervé Gourdel. — Fabrice Pouliquen / 20 Minutes

«Nous sommes tous des sales Français», était-il écrit sur l’une des pancartes, brandies ce vendredi après-midi au pied de la Grande Mosquée de Paris. Plusieurs centaines de musulmans de France, mais aussi des personnes d’autres confessions religieuses, se sont réunies devant l’édifice pour rendre hommage à la mémoire d’Hervé Gourdel, l’otage français décapité mardi soir par le groupe terroriste algérien Jund al-khilafa proche de la mouvance Daesh (autre nom pour l’Etat islamique).

«Nous commémorons  l’homme de bien qu’il fût, amoureux des montagnes de l’Algérie, face à la perfidie de ceux qui voulaient le mal en l’assassinant de façon barbare et sans aucune pitié», lançait Dalil Boubakeur, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) sur les marches de la mosquée.

Une mise au point «urgente»

Plus encore que l’hommage, c’est une mise au point que la communauté musulmane de France tenait à faire ce vendredi après-midi.  «C’est urgent de le faire, estime Brahmi, un Kabyle venu d’Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). Ces terroristes n’ont rien à voir avec nous, rien à voir avec notre religion.» «Ce n’est rien d’autres qu’une secte », ajoutent un peu plus loin, Aziz et Mounir, deux Franciliens de confession musulmane. Dali Boubakeur a lui aussi longtemps insisté sur ce point: «Notre religion recommande le bien et interdit le mal. L’islam ordonne le respect de la vie».

«Vous n’avez pas à vous excuser»

Mais attention, pas question de s’excuser. «Vous n’avez pas à le faire», rappelle de toute façon Anne Hidalgo. «Je ne suis pas venu comme coupable», insiste Abdellah Zekri, président de l’Observatoire national contre l’islamophobie. Ces actes de terroristes nourrissent les fondamentalismes et les discours d’extrême droite. Mais la communauté musulmane n’a rien à voir avec ces actes de terrorisme.» «Les musulmans sont aussi des victimes, martèle de son côté Abderrahmane Dahmane, président du Conseil des démocrates musulmans de France. Ceci partout dans le monde y compris en France où nous devons faire face à l’islamophobie.»

"Je suis venue dire que l'Islam n'a rien à voir avec ces assassins", raconte Nacera d'Issy-les-Moulineaux. - Fabrice Pouliquen / 20 Minutes

Nouveau rassemblement dimanche

Les instances musulmanes de France avaient déjà ces dernières semaines pris des positions publiques à l’encontre des djihadistes de Daesh. Notamment l’appel de Paris, mardi 9 septembre, en solidarité aux Chrétiens d’Orient. La mobilisation devrait se poursuivre. Un  grand rassemblement des musulmans de France est prévu dimanche place de la République à 14h.