Les mutuelles étudiantes mal notées par leurs adhérents

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Des témoignages recueillis par l'UFC-Que Choisir et la Fage font notamment état de retards de remboursement...  

Delphine Bancaud

— 

Carte vitale chez le médecin./
Carte vitale chez le médecin./ — Philippe Huguen AFP

Deux ans après une étude dans laquelle elle pointait les défaillances des mutuelles étudiantes, l’UFC-Que Choisir enfonce le clou. L'association de consommateurs et l'organisation étudiante la FAGE publient ce jeudi les résultats d'un appel à témoignages* sur la sécurité sociale étudiante.

Des avis qui «pointent la persistance des graves dysfonctionnements dans la gestion des mutuelles étudiantes», selon l'UFC. Parmi les premiers reproches des étudiants, figurent les difficultés et les retards de remboursements (évoqués par 65% des sondés), ainsi que le retard dans la délivrance de la carte Vitale (évoqué par 38% d'entre eux).

Autre grief: les difficultés pour l'enregistrement du choix de leur médecin traitant (11%) «sans lequel les remboursements perçus sont largement minorés», souligne l'UFC. Les techniques commerciales des mutuelles sont aussi jugées «parfois agressives, pour vendre le maximum de produits commerciaux (complémentaires santé, banque, fast-food)».

Des renoncements aux soins dans certains cas

Des problèmes qui sont d'autant plus difficiles à résoudre que les étudiants évoquent l'impossibilité d’obtenir une réponse de la part de leur mutuelle (notamment par téléphone, 34%, et en agence, 13%).

Les conséquences de cette situation ne sont pas minces pour eux, car selon l'UFC et la Fage, 17,4% des étudiants déclarent renoncer à se soigner, anticipant les difficultés qu'ils auront à se faire rembourser.

Face à cette situation, les deux organismes demandent au Législateur «d’examiner dans les plus brefs délais la proposition de loi sénatoriale visant à rapatrier la gestion de la sécurité sociale étudiante auprès de l’assurance maladie». Ils exhortent aussi les pouvoirs publics «à sanctuariser sans délai les campus vis-à-vis des intérêts marchands des mutuelles, en y interdisant la vente de leurs produits commerciaux».

 

*Appel à témoignages lancé sur fage.org et quechoisir.org. 273 témoignages ont été reçus entre janvier et juin 2014