Début du procès pour infanticide d'une jeune fille qui avait accouché dans son collège

JUSTICE La jeune fille  a «du mal à déterminer si c'est elle qui a tué l'enfant ou si c'est accidentel mais, pour elle, le bébé était déjà mort», a déclaré son avocat...

20 Minutes avec AFP

— 

google maps d'Autun en Saône-et-Loire.
google maps d'Autun en Saône-et-Loire. — google maps

Le procès d'une jeune fille, accusée du meurtre de son bébé, dont elle avait accouché en 2011, à 16 ans, dans son collège à Autun, s'est ouvert vendredi matin devant les assises des mineurs de Saône-et-Loire.

Cheveux noirs de jais tressés et silhouette fine, la jeune fille, âgée désormais de 19 ans, est, selon son avocate, «très angoissée» par son procès, qui se tient à huis clos. «Elle est aussi soulagée puisqu'elle va enfin pouvoir s'expliquer», a ajouté Me Géraldine Gras-Comtet. «Cela va faire partie de sa vie et elle ne sera plus bloquée sur cette procédure», a-t-elle poursuivi.

Dans la nuit du 30 au 31 mars 2011, la collégienne, âgée alors de 16 ans, avait accouché seule dans les toilettes du collège, où elle était interne. Le corps sans vie du bébé, un garçon né à terme, avait été découvert le lendemain matin par le personnel de l'établissement.

Un déni de grossesse

Selon l'avocate de la défense, l'accusée a «du mal à déterminer si c'est elle qui a tué l'enfant ou si c'est accidentel mais, pour elle, le bébé était déjà mort». La collégienne, après un «déni de grossesse», se croyait enceinte de trois mois seulement et venait de divulguer sa grossesse à son entourage quand l'accouchement est survenu, comme «une grande surprise», a dit Me Gras-Comtet.

La jeune femme, qui poursuit actuellement une formation professionnelle, vivait à l'époque une situation familiale compliquée après la perte de sa mère à l'âge de 10 ans. Accusée de «meurtre sur mineur» et soumise à un contrôle judiciaire, la jeune fille, qui encourt une peine de vingt ans de réclusion criminelle, comparaît libre.

Le procès, initialement prévu jusqu'à mercredi, pourrait se terminer dès mardi.