Vézelay: Le forcené qui a blessé deux lycéens parisiens a été interpellé

FAITS DIVERS L'homme avait ouvert le feu vendredi peu après 8h dans une boulangerie...

20 Minutes avec AFP

— 

Google maps Vezelay
Google maps Vezelay — Google maps

L'homme de 49 ans, qui s'était retranché à son domicile après avoir blessé deux lycéens parisiens en visite scolaire vendredi matin à Vézelay (Yonne), a été interpellé en début d'après-midi, a annoncé la gendarmerie.

Le quadragénaire a été interpellé à Asquins (Yonne) après près de trois heures de négociation, a précisé la même source. L'interpellation n'a pas fait de blessé.

L'homme avait ouvert le feu vendredi peu après 8h dans une boulangerie de Vézelay, touchant deux lycéens parisiens, un jeune homme blessé au thorax et une jeune fille touchée légèrement, selon le proviseur du lycée Saint-Thomas d'Aquin, Olivier Duchesnoy. Les deux jeunes, élèves de 1ère, ont été hospitalisés.

Un troisième élève, choqué mais non blessé contrairement à ce qui avait été indiqué précédemment, a également été transporté à l'hôpital.

Trois heures de négociation

Selon le proviseur de l'établissement, Olivier Duchesnoy, l'homme a «importuné» les élèves qui se rendaient vers un lieu prévu pour leur petit-déjeuner. «Puis quatre élèves sont entrés dans une boulangerie et l'homme est entré avec eux puis a tiré avec un fusil à plombs d'après la police», a poursuivi le chef d'établissement.

Le forcené s'est ensuite retranché à son domicile à Asquins, une commune voisine de Vézelay. Après près de trois heures de négociation, les gendarmes du Peloton d'intervention de la gendarmerie de Dijon sont parvenus à interpeller l'homme en début d'après-midi, sans échange de coups de feu et sans faire de blessé, selon la gendarmerie. Le tireur a ensuite été conduit vers un centre hospitalier de l'Yonne.

Le maire d'Asquins, Isabelle Georgelin, a déclaré sur BFM TV que cet homme, souffrant de schizophrénie, décrit comme «très doux» mais n'ayant «pas vraiment d'amis», serait entré dans la boulangerie à Vézelay pour «avoir une part de flan gratuit». «L'arme a été déviée et le coup est parti», a-t-elle ajouté.

Une cellule de soutien psychologique sur place

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a évoqué sur iTélé «l'acte isolé d'un forcené». Le lycéen touché au thorax «va rester sur place à l'hôpital, tous les autres vont rentrer ce soir à Paris», a ajouté la ministre. Une cellule de soutien psychologique a été mise en place à Vézelay ainsi que dans l'établissement à Paris.

«Je suis choquée. L'une de mes meilleures amies a été touchée. Mais ça a l'air d'aller, je l'ai eue au téléphone alors qu'elle est à l'hôpital. Elle m'a dit qu'elle avait reçu quatre éclats de plombs, deux au crâne et deux à l'épaule», a déclaré au lycée Anna, en terminale ES, entourée de quelques amis.

Les lycéens faisaient partie d'un groupe de 35 élèves de 1ère âgés de 16 et 17 ans, «en voyage d'intégration» depuis deux jours à Vézelay, selon le proviseur.