Air France: Tout comprendre à la situation alors que la grève s'enlise

SOCIAL Comme les jours précédents, six avions sur dix devraient rester cloués au sol, ce jeudi...

Vincent Vantighem
— 
Un panneau affichant les vols annulés à l'aéroport de Montpellier, le 17 septembre 2014, pendant la grève des pilotes d'Air France
Un panneau affichant les vols annulés à l'aéroport de Montpellier, le 17 septembre 2014, pendant la grève des pilotes d'Air France — Pascal Guyot AFP

«La profession est derrière nous. La mobilisation est forte. Ça montre que notre combat est juste…» Jean-Louis Barbier, le président du SNPL AF Alpa (syndicat majoritaire chez les pilotes de ligne d’Air France) ne semble toujours pas prêt à lâcher du lest au quatrième jour de grève. Alors que les négociations ne semblent pas parvenir à dégager un consensus, 20 Minutes fait le point sur la situation.


La grève d'Air France en trois questions par 20Minutes

Quelles sont les prévisions de trafic de ce jeudi?

Comme les jours précédents, la direction d’Air France a annoncé que 60% des salariés se sont déclarés grévistes pour cette journée de jeudi. Selon le syndicat SNPL AF Alpa, ils seraient même 75% malgré un appel, mercredi, du Premier ministre, Manuel Valls à «arrêter cette grève».

>> Pratique: Les prévisions de trafic de ce jeudi

En conséquence, six avions sur dix devraient rester aujourd’hui cloués sur le tarmac des différents aéroports de France, avec des situations différentes d’un aéroport à l’autre.

Où en sont les négociations?

En lutte contre le développement programmé de Transavia, la filiale low cost d’Air France, les pilotes en grève n’ont pas cédé un pouce de terrain depuis le début des négociations. La direction d’Air France a d’abord proposé de réduire l’augmentation de la flotte de Transavia à 30 avions, contre 37 dans le projet initial mais cela a été rejeté par les syndicats.

>> Eclairage: Les pilotes sont-ils des privilégiés?

Mercredi soir, la direction du groupe a fait un nouveau geste dans un courrier adressé aux 3.900 pilotes en proposant de conclure avec les syndicats un accord sur le partage des activités de Transavia France, Hollande et Europe. Si la SNPL, majoritaire, n’a pas encore répondu à cette offre, le Spaf, deuxième syndicat en grève, a jugé cette proposition «pas acceptable».

 

Les pilotes ne se disent pas hostiles à la croissance de la low cost mais conditionnent leur soutien à la mise en place d'un contrat de pilote unique pour toutes les compagnies du groupe Air France (Air France, Transavia, Hop!), qui préserve leurs conditions de travail, plutôt avantageuses.

Qu’en pensent les autres salariés du groupe?

La menace est lancée par le personnel navigant, hôtesses et stewards. Dans un communiqué de presse publié lundi, les syndicats SNPNC et UNSA indiquaient ainsi soutenir la grève des pilotes d’Air France et menaçaient de se joindre à eux: «La compagnie pourrait affronter prochainement un nouveau mouvement social, cette fois-ci de la part de son personnel navigant de cabine: les hôtesses et stewards sont tout autant insatisfaits du plan Perform 2020 du groupe Air France-KLM qui prévoit notamment une montée en puissance de Transavia, sa filiale low cost

>> Social: Le personnel navigant menace aussi de débrayer

Interrogé par 20 Minutes, le syndicat SNPNC précise qu’il ne s’agit pour l’instant que d’un soutien: «On attend de voir», déclare un représentant du syndicat. 

Combien coûte cette grève?

La grève coûte 10 à 15 millions d'euros par jour à Air France. Mais c'est sans compter les dédommagements des passagers. Au total, 65.000 clients sont touchés par cette grève en raison de retards de vol ou d'annulations, a précisé le patron du groupe Air France.

>> Reportage: A Marseille, les commerçants de l'aéroport souffrent