Prématurité: Des parents demandent l’arrêt des soins sur leur bébé

SANTE Né à 5 mois et demi de grossesse, le petit Titouan est victime d’une hémorragie interne qui devrait causer des séquelles plus ou moins graves...

Vincent Vantighem

— 

Un bébé prématuré à la naissance
Un bébé prématuré à la naissance — Philippe Huguen AFP

«Quelle est la bonne décision? Voilà tout le sujet…» Le professeur Roger Gil de l’hôpital de Saintes (Charente-Maritime) a résumé en deux phrases toute la complexité de la situation du petit Titouan. Attendu pour le 18 décembre, ce petit garçon est né le 31 août alors que sa mère, Mélanie, n’était qu’à cinq mois et demi de grossesse.

>> Relire notre article sur ces bébés qu'on laisse mourir...

Pesant 900 grammes, ce «très grand prématuré» est depuis sous les soins constants du personnel hospitalier. Mais victime d’une hémorragie interne, il aura, quoi qu’il arrive, des séquelles. C’est pour cette raison que les parents du garçonnet ont demandé qu’on arrête les soins sur leur nourrisson. Ce que le personnel soignant refuse pour le moment.

«On l’a vu pleurer, il souffre»

«On l’a vu pleurer. Il s’agite. Il souffre, témoigne Mélanie, sa maman, au micro de France Info. Et le personnel soignant nous dit : "Ne vous inquiétez pas, il ne souffre pas, on le sédate". Mais nous ne voulons pas de cette vie-là pour notre fils…»

«Le pronostic est difficile, assure le professeur Roger Gil, interrogé par France Info. On est dans une situation de dilemme. Bien sûr, nous avons des outils pour savoir. Mais ce sont des outils statistiques. Et là, nous avons devant nous une vie. Une vie dans toute sa singularité…»

Un nouvel avis médical communiqué aujourd’hui

Vendredi dernier, l’équipe médicale a émis un avis collégial de maintien en vie de l’enfant en demandant au groupe éthique de réanimateurs de l’hôpital Antoine-Béclère de Clamart (Hauts-de-Seine), un second avis. Celui-ci devrait être communiqué aux jeunes parents ce mardi, selon les informations de La Nouvelle République qui a dévoilé cette histoire.

Selon France Info, chaque année, quelque 13 millions de bébés naissent avant terme à travers le monde. Les deux tiers d'entre eux ont des séquelles