Suicide d'un salarié sur le site de Renault au Plessis-Robinson

DECES Les raisons de son geste sont pour l’heure inconnues. Il s’agit du premier suicide sur ce site tertiaire où travaillent 2.000 personnes…

20 Minutes avec AFP

— 

Les raisons du suicide, qui s’est produit lors d’une pause de l’employé, restent à déterminer.
Les raisons du suicide, qui s’est produit lors d’une pause de l’employé, restent à déterminer. — Infographie IDE

Un salarié de Renault âgé de 54 ans s’est suicidé lundi sur le site du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), sans que les raisons de son geste soient pour l’heure connues, a indiqué mardi l’entreprise.

Employé au service des relations clients, l’homme a été découvert mort par pendaison lundi matin par des collègues. Entré chez Renault en 1980, il était marié et père de deux filles.

Le premier suicide sur ce site tertiaire

«C’est un choc tant pour sa famille que pour ses collègues et managers et plus largement pour toute l’entreprise», a rapporté une porte-parole de l’entreprise.

Il s’agit du premier suicide sur ce site tertiaire où travaillent environ 2.000 personnes (direction commerciale, relation clients, services informatiques, RH), précise-t-elle. Une cellule psychologique a été installée et un Comité d’hygiène et de sécurité (CHSCT) extraordinaire convoqué pour mercredi.

Un salarié «apprécié et bien noté»

Les raisons du suicide, qui s’est produit lors d’une pause de l’employé, restent à déterminer. L’entreprise «n’a pas été destinataire de sa part d’un quelconque message expliquant son geste», selon la porte-parole.

Ce salarié était «apprécié et bien noté», dit-elle. L’entreprise assure mettre «tout en œuvre pour que l’enquête se déroule dans les meilleures conditions, afin d’éclaircir et comprendre les raisons qui ont pu amener le collaborateur à commettre ce geste irréparable».