Rapport de l'OCDE: «Il faut des incitations financières énormes» pour les enseignants français

INTERVIEW Ils restent moins bien payés que les autres, selon le rapport annuel «Regards sur l’éducation» publié ce mardi par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE)…

Propos recueillis par Anissa Boumediene

— 

Le salaire des enseignants français restent plus bas que dans les autres pays de l'OCDE.
Le salaire des enseignants français restent plus bas que dans les autres pays de l'OCDE. — Damien Meyer AFP

Dans l’édition 2014 de Regards sur l’éducation, dévoilée ce mardi, l’OCDE a comparé les rémunérations des enseignants à travers le monde. Selon Eric Charbonnier, expert éducation de l’OCDE, les bas salaires des enseignants n’expliquent pas à eux seuls le manque d’attrait pour la profession.

Y a-t-il aujourd’hui un désamour pour le métier d’enseignant?

Il y a une crise de vocation, surtout chez les enseignants du premier degré (maternelle et primaire), au statut moins enviable. Ils ont le niveau de qualification le plus élevé, Bac +5, passent plus de temps avec les élèves et sont moins bien payés que leurs homologues des autres pays de l’OCDE. Ils sont également moins bien payés que leurs collègues du second degré (collège et lycée), avec une rémunération plus faible de 30 %. A cela s’ajoute un sentiment de dévalorisation de leur profession, qui ne renvoie plus la même image qu’avant, de quoi sérieusement entamer les vocations. L’argument de la sécurité de l’emploi séduit encore, mais ne suffit plus.

Justement, n’est-ce pas trop de demander un niveau Master aux enseignants du premier degré?

Leur bonne formation est fondamentale si l’on veut qu’ils dispensent un enseignement de qualité. Mais il est vrai que c’est un niveau d’études atypique par rapport aux autres pays, seuls quatre pays de l’OCDE exigent un tel niveau.

Après, si l’Education nationale veut vraiment créer deux professions différentes en distinguant les enseignants du premier degré de ceux du second, avec des salaires différents, il faudrait réfléchir au niveau de qualification exigé. A niveau d’études égal, un enseignant du premier degré en France gagne 72 % du salaire de quelqu’un qui travaille dans le privé, contre 85 % en moyenne dans les pays de l’OCDE.

Et malgré un niveau d’études élevé, les enseignants se plaignent de ne pas être assez formés pour le volet pédagogique de leur métier?

Effectivement, leur formation est trop académique. Un enseignant débutant ne devrait pas se retrouver devant une classe en n’ayant aucune idée de comment gérer une trentaine d’enfants. C’est une chose qui doit s’apprendre, qui doit faire partie de la formation initiale des enseignants. Il y a d’ailleurs une vraie demande pour cela. Les jeunes enseignants sont, en début de carrière, affectés prioritairement dans les zones d’éducation prioritaires. Or ce sont des postes qui requièrent de l’expérience. Ils en viennent à craindre leur première affectation, ils ont peur de ne pas savoir comment gérer leur classe. Certains sont très vite découragés, au-delà même des bas salaires.

Il y a une pénurie de professeurs, de mathématiques notamment. Quelles sont les pistes concrètes pour y remédier?

La France est très centralisée, jusque dans sa façon d’appréhender l’école: elle n’apporte pas de différenciation au sein de son système. Il faut des mesures significatives pour trouver des enseignants et professeurs là où on a besoin d’eux.

Il faut réfléchir à une politique d’éducation prioritaire. Il faut attirer les enseignants expérimentés dans les zones difficiles, et pousser des jeunes à devenir professeurs dans les matières où il y a une pénurie, notamment en mathématiques. Et il n’y a pas de mystère: pour cela, il faut des incitations financières énormes. C’est difficile de trouver aujourd’hui des gens qui se lancent dans des études très longues pour percevoir une rémunération peu attractive. Au Brésil par exemple, un enseignant situé en zone difficile ou rurale gagne 60 % de plus. La France doit s’en inspirer et rendre la profession attractive à nouveau.