Mehdi Nemmouche voulait commettre un attentat à Paris le 14 juillet 2014

TERRORISME C'est ce qui ressort des PV d'audition des quatre journalistes français ex-otages en Syrie, selon «Libération»...

William Molinié

— 

Dessin d'audience représentant Mehdi Nemmouche, soupçonné d'avoir tué quatre personnes fin mai au Musée juif de Bruxelles, au tribunal de Versailles, le 26 juin 2014
Dessin d'audience représentant Mehdi Nemmouche, soupçonné d'avoir tué quatre personnes fin mai au Musée juif de Bruxelles, au tribunal de Versailles, le 26 juin 2014 — Benoît Peyrucq AFP

Mehdi Nemmouche ne comptait pas s'arrêter au quadruple meurtre du musée juif de Bruxelles. Selon les PV d’audition et les plaintes contre X des quatre journalistes ex-otages en Syrie versés au dossier de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Mehdi Nemmouche prévoyait de commettre un attentat lors des cérémonies du 14 juillet 2014, révèle Libération dans son édition de lundi.

>> A lire sur 20 Minutes: Comment Mehdi Nemmouche se mue en martyr judiciaire…

Les PV de Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres qui ont reconnu Mehdi Nemmouche comme leur geôlier durant leur captivité en Syrie, révèle «un projet d’action terroriste d’envergure», écrit le journal.

«Merah puissance 5»

«L’objectif de Nemmouche était de commettre un attentat à Paris pendant le défilé du 14 juillet», poursuit le quotidien qui évoque une attaque à la «Merah puissance 5», sans toutefois préciser le début d’une planification.

Par précaution, les services de police ont «pisté d’hypothétiques complices de Nemmouche capables de concrétiser sans lui» un attentat le 14-Juillet et ont «renforcé considérablement la sécurité des personnalités et des sites» ce jour-là à Paris, affirme encore Libération.

Le parquet de Paris dément

Le parquet de Paris a affirmé lundi qu'aucun acte d'enquête réalisé à la suite de l'enlèvement en Syrie de quatre journalistes français ne faisait état d'un projet d'attentat en France de Mehdi Nemmouche, démentant les informations parues dans Libération.

«Au stade actuel des investigations, aucun procès-verbal d'audition recueilli dans un cadre judiciaire ni aucun autre acte d'enquête réalisé à la suite de l'enlèvement et de la séquestration de Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres, ne fait état d'un projet d'attentat sur le territoire national, en particulier le jour du 14 juillet à Paris», indique le parquet dans un communiqué.

Mehdi Nemmouche a été arrêté le 30 mai à Marseille par des douaniers au cours d’une banale opération anti-stups.