Drame de Moernach: Que sait-on de l’adolescent qui est passé aux aveux?

ANALYSE En garde à vue depuis mardi, le frère aîné de la fillette retrouvée poignardée a finalement avoué les faits…

Vincent Vantighem

— 

Moernach, le 4 septembre 2014. Photo prise du panneau du village où un adolescent aurait tué sa soeur et poignardé son frère.
Moernach, le 4 septembre 2014. Photo prise du panneau du village où un adolescent aurait tué sa soeur et poignardé son frère. — SEBASTIEN BOZON / AFP

En l’écoutant, les enquêteurs ont par moment «douté de sa santé mentale». Mais, examiné par un médecin, l’adolescent de 15 ans qui a avoué, ce jeudi matin, avoir tué sa petite sœur et poignardé son frère à Moernach (Haut-Rhin), était bien en état de subir une garde à vue.

>> Les faits: Le grand frère est passé aux aveux

C’est au cours de celle-ci que les enquêteurs ont tenté d’en savoir plus sur la personnalité de ce jeune homme qui pourrait avoir été victime d’une «bouffée délirante aiguë», selon la docteur en psychopathologie Hélène Romano, interrogée par 20 Minutes.

Timide, gentil, bon élève

Agé de 15 ans, le jeune homme devait faire sa rentrée, mercredi matin, en classe de seconde au lycée d’Altkirch. Celui qui a obtenu son brevet des collèges avec la mention "Bien" n’était pas un bagarreur si l’on en croit ses amis, rencontrés par Le Parisien. «Si on l’énervait, il pouvait réagir violemment mais, en soi, ce n’était pas un bagarreur. Plutôt un mec timide et gentil.»

>> Interview: «Ce genre de bouffée délirante est imprévisible»

Fils d’un père spécialisé dans la mécanique et d’une mère au foyer, le garçon était bien intégré. Licencié au club de judo du secteur pendant longtemps, il avait également œuvré comme enfant de chœur au sein de la paroisse locale, dans laquelle il avait fait sa Confirmation.

Passionné d’informatique et de jeux vidéo

Découvert torse nu, confus, les jambes recouvertes de sang, mardi soir par une voisine, l’adolescent ne causait a priori aucun problème. Il était passionné d’informatique et de jeux vidéo. A ce propos, le procureur de la République de Mulhouse a évoqué assez rapidement «une problématique d’addiction» aux jeux vidéo, tout en refusant d’en tirer toute conclusion hâtive.

>> Décryptage: Tout comprendre au fait divers de Moernach

«Il y a beaucoup d’enfants qui jouent à des jeux vidéo, on sait aussi que ça peut déboucher sur des pathologies, mais ça ne se présume pas: c’est un travail d’expert qu’il n’est pas encore temps de faire», a-t-il souligné. Ce jeudi après-midi, il devrait être présenté devant un juge.