Bébé mort en Creuse: La famille ne peut pas payer les obsèques

FAITS DIVERS Une marche blanche sera organisée dimanche à la mémoire du petit Loan, retrouvé enterré près d'un étang. Ses parents ont été mis en examen et écroués...

M.C.

— 

L'étang de Saint-Sulpice-les-Champs (Creuse), près duquel a été retrouvé le corps d'un bébé de 4 mois, le 31 aout 2014.
L'étang de Saint-Sulpice-les-Champs (Creuse), près duquel a été retrouvé le corps d'un bébé de 4 mois, le 31 aout 2014. — THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Alors que les parents du petit Loan, mort sous les coups et retrouvé enterré près d’un étang dans la Creuse, ont été mis en examen lundi soir, les grands-parents de l’enfant de quatre mois disent ne pas pouvoir payer son enterrement.

«Nous n’avons pas les moyens de financer les obsèques de notre petit-fils», explique au Parisien le grand-père maternel par alliance, Claude Dionnet. Selon le quotidien, les élus du village de Crocq, où résident les grands-parents, doivent se réunir avec des proches de la famille pour décider si la commune peut prendre en charge les frais d’obsèques.

Marche blanche

Une «marche blanche» sera organisée dimanche à la mémoire du petit Loan. A l'initiative d'un jeune père ému par la mort de l’enfant, elle débutera à 15h sur la commune de Lavaveix-les-Mines (Creuse), où les parents avaient élu domicile il y a trois ans. En conseil municipal, le maire, Jean-Louis Fauconnet, a décidé de prendre un arrêté facilitant ce rassemblement.

L'avocat du père, qui a été mis en examen au Pôle criminel de Limoges (Haute-Vienne) pour «violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner» par la juge d'instruction Fabienne Courrèges, a indiqué mercredi à une correspondante de l'AFP attendre le rapport d'autopsie du bébé de quatre mois «qui n'a pas encore été communiqué». Le père a été mis en examen avec les «circonstances aggravantes» que ces «violences ont été commises sur mineur et par un ascendant ayant autorité».