Manifestation pro-Gaza interdite: Nouvelle condamnation à de la prison ferme

JUSTICE Il lui est reproché d'avoir jeté une barre de fer sur un véhicule de police...

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation en solidarite avec le peuple palestinien et Gaza, a Paris, France le 17 Aout 2014. Credit:Sevgi/Sipa/SEVGI_091014/Credit:SEVGI/SIPA/1408180920
Manifestation en solidarite avec le peuple palestinien et Gaza, a Paris, France le 17 Aout 2014. Credit:Sevgi/Sipa/SEVGI_091014/Credit:SEVGI/SIPA/1408180920 — SIPA

Un Tunisien de 34 ans, interpellé lors d'une manifestation propalestinienne interdite qui avait dégénéré le 19 juillet à Paris, a été condamné mercredi à deux mois de prison ferme, notamment pour violences sur des policiers.

>> A lire sur 20 Minutes: Un organisateur convoqué devant la justice...

Le tribunal correctionnel de Paris l'a condamné à six mois de prison, dont quatre avec sursis et l'a maintenu en détention. Incarcéré depuis le 22 juillet, son procès avait été renvoyé et il devrait sortir de prison dans les jours prochains.

Le parquet avait requis un an de prison à son encontre et son maintien en détention.

«Niquer tous les Français»

Il lui est reproché d'avoir jeté une barre de fer sur un véhicule de police, puis, une fois au commissariat, d'avoir blessé un policier qui a eu une fracture à un doigt (il s'est vu délivrer 10 jours d'incapacité totale de travail) et de l'avoir copieusement outragé en proférant des injures antisémites et en affirmant qu'il était venu en France pour «niquer tous les Français».

Le fonctionnaire lui avait alors rétorqué: «Pas de chance je ne suis pas juif, même si je m'appelle David».

Aux policiers, le prévenu avait affirmé qu'il s'était rendu dans le quartier de Barbès non pour prendre part à la manifestation mais pour y faire des courses et qu'il était resté pour regarder le «spectacle» alors que les événements dégénéraient.

«Guérilla urbaine»

Le prévenu, vêtu d'un maillot de foot du club de Barcelone, a affirmé devant le tribunal que la barre de fer, de la structure de l'étal du marché, avait été jetée sur lui, et qu'il est allé vers les policiers pour leur donner. Il a nié les propos qui lui sont attribués et accusé les policiers de l'avoir frappé.

Ces dénégations n'ont pas convaincu la procureur, qui a rappelé les scènes de «guérilla urbaine» de ce jour. Dans ce contexte, «on a tout fait dans la précipitation», a plaidé l'avocat du prévenu, Me Xavier Nogueras, et lors de l'interpellation, «on a pu se tromper de personnage».

Des dizaines de personnes ont été interpellées lors des manifestations interdites contre l'offensive israélienne à Gaza des 19 et 26 juillet. Au moins cinq avaient déjà été condamnées à des peines de prison ferme.