«Je veux fuir»: Valérie Trierweiler décrit son histoire avec François Hollande dans un livre

TEMOIGNAGE L’ancienne compagne du président de la République publie Merci pour ce moment (Ed. Les Arènes), un livre dont des extraits ont été dévoilés ce mercredi...

ALB et ALG

— 

Dans un registre glamour, Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, recevra les égards dus aux épouses des chefs d'Etat, au prix d'un assouplissement du rigoureux protocole indien.
Dans un registre glamour, Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, recevra les égards dus aux épouses des chefs d'Etat, au prix d'un assouplissement du rigoureux protocole indien. —

La petite bombe de la rentrée. L'ex-première dame Valérie Trierweiler publie un livre rédigé dans le plus grand secret, intitulé Merci pour ce moment, et relatant sa vie à l'Elysée aux côtés de François Hollande.

«Tout ce que j'écris est vrai. A l'Elysée, je me sentais parfois comme en reportage. Et j'ai trop souffert du mensonge pour en commettre à mon tour», annonce d'emblée Valérie Trierweiler sur la couverture de l'ouvrage reproduite dans Paris-Match dont elle est une collaboratrice.

L'hebdomadaire, qui promet des extraits exclusifs du livre, sortira à Paris et en région parisienne dès mercredi et jeudi dans le reste de la France.

«Rédigé dans le plus grand secret», ce livre de 320 pages «est à la fois un cri d'amour et une lente descente aux enfers, une plongée dans l'intimité d'un couple. Deux personnages et rien d'autre: Valérie et François», écrit l'hebdomadaire.

«Appeler un chat un chat»

Valérie Trierweiler y donne, selon le magazine, sa version de l'histoire «depuis l'éblouissement jusqu'à la cruauté de la rupture. Elle appelle un chat un chat».

C'est la première fois qu'une première dame «raconte vraiment neuf ans d'une relation minée par la jalousie et le pouvoir (...) Une histoire d'amour... et de désespoir», ajoute le journal où l'ex-première dame se révèle une «amoureuse passionnée, possessive, folle de cet homme qu'elle admire, qui la fait rire et la déstabilise délicieusement».

Valérie Trierweiler, qui est séparée de François Hollande depuis janvier, n'a pu être jointe par l'AFP mardi. Son éditeur, Les Arènes, n'a pas souhaité faire de commentaire.

Depuis plusieurs mois, l'hypothèse d'un livre signé par l'ancienne compagne de François Hollande et journaliste à Paris-Match, revient régulièrement.

Dès la fin du mois de janvier, après les révélations de Closer sur la liaison du chef de l'Etat avec l'actrice Julie Gayet, Valérie Trierweiler avait elle-même indiqué au Parisien Magazine, lors d'un voyage en Inde, être «plus dans la déception que dans la colère», ajoutant: «mais je n'exclus pas d'écrire un livre».

Tweet dévastateur

A son arrivée à l'Elysée, en mai 2012, Valérie Trierweiler avait immédiatement revendiqué sa liberté de ton, jugeant par exemple normal de conserver un poste de journaliste à Paris-Match.

Un mois plus tard, en pleine campagne des législatives, elle avait défrayé la chronique avec un tweet dévastateur où elle apportait son soutien au rival de Ségolène Royal, la mère des quatre enfants de François Hollande.

Valérie Trierweiler était sortie de l'ombre en octobre 2010. «Valérie est la femme de ma vie», avait clamé dans le magazine people Gala François Hollande, alors ex-premier secrétaire du Parti socialiste. Le 6 mai 2012, elle dansait dans les bras du vainqueur de la présidentielle sur l'air de «La vie en rose».

Un peu plus d'an et demi plus tard, le chef de l'Etat avait mis fin officiellement à sa vie commune avec celle que les Américains surnommaient la «first girlfriend» par une brève déclaration à l'AFP. Une séparation survenue quinze jours après la révélation retentissante de la liaison de François Hollande avec Julie Gayet.

Deux responsables de Closer ont d'ailleurs été chacun condamnés mardi à une amende avec sursis de 3.000 euros pour avoir publié en janvier une photo volée de Julie Gayet au volant de sa voiture, une semaine après ces révélations.

Condamnation

L'ex-première dame, qui a multiplié les sorties médiatiques ces derniers mois, est apparue notamment en juillet aux côtés de la maire de Paris, Anne Hidalgo, pour inaugurer une exposition consacrée aux 220 jeunes filles enlevées en avril par le groupe islamiste Boko Haram. Elle avait aussi effectué en mai une visite très suivie en Haïti dans le cadre d'une mission pour le Secours populaire.

Valérie Trierweiler n'est pas la première ex-première dame à écrire sur sa vie à l'Elysée. En 2013, le livre de l'ex-épouse de Nicolas Sarkozy, Cécilia Attias, «Une envie de vérité», s'était vendu à des dizaines de milliers d'exemplaires. Divorcée de Nicolas Sarkozy peu après l'élection de ce dernier à la présidence, Cécilia y racontait certains épisodes de sa brève vie de première dame, et sa rupture avec l'ancien chef d'Etat.

Quatre courts extraits sont publiés par l'hebdomadaire Paris-Match ce mercredi. Le premier concerne la révélation de la liaison entre François Hollande et Julie Gayet. «L'information Julie Gayet est le premier titre des matinales. (...) Je craque, je ne peux pas entendre ça, je me précipite dans la salle de bains. Je saisis le petit sac en plastique qui contient des somnifères (...) Je veux fuir. Je perds connaissance». Un passage s’attache à l'arrestation en 2011 à New York de Dominique Strauss-Kahn, alors qu’un autre concerne la jalousie de Michèle Obama.