Violences: Un nouvel outil statistique pour mesurer la délinquance

SECURITE Bernard Cazeneuve entend apporter de la «fiabilité» au recensement de la délinquance en France...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration: Police.
Illustration: Police. — 20 MINUTES

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a officiellement installé lundi un nouveau service statistique de la délinquance dans son ministère dans un souci de «fiabilité» sur ces chiffres qui opposent souvent gouvernement et opposition.

Dans un communiqué, le ministre écrit que le service statistique ministériel (SSM) est la «clef de voute» de la réforme de l'outil statistique de la délinquance promis en 2012 par le gouvernement qui avait mis fin, rappelle-t-il, à la «politique du chiffre» de la précédente équipe de Nicolas Sarkozy.

«Garantir la sincérité»

Le SSM, ajoute Bernard Cazeneuve, doit «intégrer les statistiques de la délinquance enregistrée» par la police et la gendarmerie «dans le champ labellisé de la statistique publique», ce qui n'était pas le cas jusqu'ici. Le SSM sera composé de statisticiens et dirigé par un inspecteur général de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

>> Décryptage sur 20 Minutes: Les statistiques refètent-elles la délinquance?

Il a pour mission, selon le ministre, de «garantir la sincérité, la fiabilité et la rigueur de la production des données statistiques» de l'Intérieur et «un accès transparent à tous» comme «peuvent l'être par exemple les statistiques économiques».

Passage bi-annuel devant les parlementaires

Bernard Cazeneuve précise avoir proposé aux présidents de la commission des lois de l'Assemblée nationale et du Sénat «de venir chaque semestre» devant les parlementaires - accompagnés des responsables du SSM, de la police et de la gendarmerie - afin de leur présenter les données issues de ce service.

Le gouvernement socialiste a été à plusieurs reprises attaqué sur son bilan par la droite à l'occasion de la publication des chiffres officiels de la délinquance. Sitôt installé, il avait promis de «moderniser l'outil statistique» en 2014, ce qui passait notamment, avait-il promis, par la création de ce service à Beauvau.