Effondrement d'un immeuble à Rosny-sous-Bois: Six morts et deux disparus

FAITS DIVERS Les recherches d'éventuels survivants doivent se poursuivre toute la nuit...

W.M. avec AFP

— 

Un immeuble s'est effondré à Rosny-sous-Bois, le 31 août 20014.
Un immeuble s'est effondré à Rosny-sous-Bois, le 31 août 20014. — BERTRAND GUAY / AFP

Un immeuble d’habitation de quatre étages s’est effondré, ce dimanche matin à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), faisant au moins six morts et 11 blessés. Parmi les personnes décédées figurent une mère de famille et ses deux enfants, âgés de 14 et 18 ans, un enfant âgé d'une dizaine d'années, une femme de 45 ans et un autre adulte.

>>Pour voir notre diaporama, c'est par ici

«D’autres victimes éventuelles sont recherchées» dans les décombres, et le plan rouge qui prévoit la mobilisation d’importants moyens médicaux a été déclenché, a précisé un porte-parole des pompiers de Paris. Onze blessés ont déjà été évacués vers des hôpitaux de la région parisienne.

Une fuite de gaz?

Selon un bilan encore provisoire, communiqué par les pompiers de Paris à notre journaliste présent sur place, quatre de ces onze blessés seraient dans un état grave et sept ne seraient que légèrement touchés. Habitants de Rosny et secouristes s'accrochent aux minces chances de retrouver vivants les deux dernières personnes manquant toujours à l'appel.

«Il y a toujours un espoir», a assuré le maire de Rosny-sous-Bois, Claude Capillon, après la découverte vers 23h30 de deux corps. «Les travaux de recherche vont se poursuivre toute la nuit. Tant que toutes les personnes disparues n'ont pas été retrouvées, le dispositif sera maintenu», a assuré le commandant Gabriel Plus, porte-parole des pompiers.

 

 

Sur place, un voisin a indiqué à notre journaliste qu’il avait ressenti une forte odeur de gaz. Arrivé sur place dans la matinée, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a d’ailleurs indiqué: «C’est une explosion vraisemblablement occasionnée par une fuite de gaz. Des investigations sont en cours. Mais nous n’avons aucune certitude. Il y a un nombre de victimes potentielles importantes, autour du nombre de quinze. Les opérations se poursuivent», a-t-il réagi.

«J’ai peur»

Sur place, des pompiers faisaient la chaîne pour déblayer les décombres, aidés dans leur recherche d’éventuelles victimes par des chiens.

Quelques dizaines de badauds se sont regroupés sur le trottoir en face de l’immeuble effondré. «Notre pavillon a bougé, on a tremblé de peur», raconte Pauline qui habite à une centaine de mètres. L’explosion a été tellement forte que «nos oreilles sifflaient», explique cette mère de famille.

«J’ai peur, je ne sais pas trop quoi dire» ajoute Sara, une fillette de 10 ans qui doit faire sa rentrée en CM2 avec Awa et Nella, deux enfants qui vivent dans l’immeuble touché.