Bébé disparu en Creuse: Les parents en garde à vue, des chances «très minces» de retrouver l'enfant vivant

BÉBÉ DISPARU Les parents du petit Loan, le bébé de quatre mois disparu, ont été placés en garde à vue pour «enlèvement, séquestration et violences sur mineur», a annoncé samedi le procureur de la République à Guéret…

20 Minutes avec AFP

— 

Des gendarmes autour de la base de loisirs de Chénérailles (Creuse) à la recherche d'un bébé disparu, le 29 août 2014
Des gendarmes autour de la base de loisirs de Chénérailles (Creuse) à la recherche d'un bébé disparu, le 29 août 2014 — Thierry Zoccolan AFP

«J’ai des raisons plausibles de croire qu’il y a des incohérences et des invraisemblances dans le discours des deux parents tant sur le plan matériel que sur le scénario», a déclaré Sébastien Farges lors d’une conférence de presse, ajoutant qu’une «une partie» des propos du couple semblait «scénarisée».

Les parents auraient «participé aux faits»

«J’ai des raisons de penser que les parents ont participé aux faits» a poursuivi le magistrat, indiquant que le «bébé a pu subir des violences, sans savoir qui a pu les commettre». «Nous ne travaillons que sur des hypothèses: accident domestique, un tiers», a-t-il ajouté, sans plus détails.

Le Procureur s’est dit par ailleurs «pessimiste» sur le sort du bébé, âgé de quatre mois. «Les chances de retrouver ce soir ou dans les jours qui viennent un enfant vivant, et même tout simplement de retrouver l’enfant, sont très minces», a-t-il déclaré, tout en assurant que les recherches pour tenter de le retrouver allaient se poursuivre. Il a notamment mentionné des recherches samedi «de traces de caches ou d’enfouissement».

«Le bébé peut être n’importe où dans le département», a-t-il encore dit, indiquant en avoir pour l’heure «terminé avec le périmètre de recherches raisonnable».

«Un climat familial de violence avéré»

A présent, «le dispositif se reconcentre sur l’enquête pure» et les enquêteurs vont «chercher quand le bébé a été vu vivant pour la dernière fois», a-t-il ajouté.

«Il y a un climat familial de violence avéré», a précisé le magistrat, indiquant que le père de famille, âgé de 31 ans, avait été condamné en février «pour violences» par le tribunal de Guéret, sans toutefois préciser la nature de ces faits.

Les parents avaient signalé la disparition de l’enfant à la gendarmerie dans la soirée du 27 août en affirmant que le bébé se trouvait dans un couffin, près de leur véhicule sur une base de loisirs, dans l’est du département, lorsqu’il avait été enlevé par un inconnu.