#Budgetdevacances: Yannick, 10 jours en solitaire en «Bohême suisse», sur les traces de Wagner, 1.800 euros

TÉMOIGNAGE Trois heures de marche, un restaurant, trois heures de marche, un restaurant…

Christine Laemmel

— 

Les vacances de Yannick entre Allemagne et République tchèque
Les vacances de Yannick entre Allemagne et République tchèque — Yannick, internaute de «20 Minutes»

Refaire l’épopée du héros de son livre préféré, on y a tous pensé en lisant Kerouac. Yannick, enseignant en musique de 40 ans, l’a fait. Fan du compositeur Richard Wagner, ce joueur de clarinette et de piano dévore au début de l’année son autobiographie Ma vie. Il découvre les longues promenades du compositeur dans les vallées de la «Bohême suisse». Mi-juillet, il boucle ses valises et prend le train pour cette zone montagneuse coincée entre Dresde en Allemagne et la République tchèque.

>> PARTICIPEZ - Décrivez-nous vous aussi votre budget de vacances par ici


Transport: 320 euros. Neuf «longues» heures de train depuis Paris avec deux changements pour 160 euros. A ajouter, 180 euros de location de voiture sur place.

Logement: 600 euros. Trois hôtels différents. «Ni chambres d’hôtes ou gîtes, où on peut avoir les lits ou le ménage à faire. Là on ne fait rien et on a le petit-déjeuner.»


Nourriture: 500 euros. Intransigeant sur ce poste de dépense, Yannick est allé au restaurant à chaque repas. «Je ne me vois pas me faire à manger seul. Bien sûr, ça grève le budget, mais ça compte dans l’esprit des vacances.» Au menu, truite fumée, «l’incontournable Apfelstrudel». Et la bière, «évidemment».


Activités: 200 euros. Des visites le matin, châteaux ou musées, «très abordables en République tchèque». Des marches de trois ou quatre heures l’après-midi, «gratuites sauf parfois quelques parkings payants». Avec des températures de 35°C, «je finissais la journée par une baignade dans un lac, pour me délasser».


Et le reste? 200 euros d’essence, cartes postales, vêtements et souvenirs. «Voyageant en train, je n’ai pas pu ramener, comme beaucoup de touristes, de verres en cristal de Bohême.» A défaut, Yannick repart avec un vase de Novy Bor.


Yannick avait planifié un budget de 1.500 euros, «en payant les impératifs plusieurs mois à l’avance. Le train au mois de mai et la location de voiture au mois de juin». Sur place, ne restaient que l’hôtel, réservé en amont… et les repas. Comme disait Wagner, «la joie n’est pas dans les choses, elle est en nous». Et en l’Apfelstrudel.