Vol de cocaïne: Le policier des Stups' continue de nier alors que sa femme est auditionnée

AFFAIRE Près de 20.000 euros en liquide, ainsi que de nombreux téléphones et ordinateurs, ont été saisis par les enquêteurs de la «police des polices»...

B. de V. avec AFP

— 

L'entrée du 36, Quai des Orfèvres, à Paris, le 1er août 2014
L'entrée du 36, Quai des Orfèvres, à Paris, le 1er août 2014 — Kenzo Tribouillard AFP

Le policier des «Stups» soupçonné d'avoir volé 52 kg de cocaïne au 36 Quai des Orfèvres, siège de la PJ parisienne, continue de nier en garde à vue, a indiqué lundi à l'AFP une source proche du dossier.  La précieuse poudre blanche restait elle introuvable..

Près de 20.000 euros en liquide, ainsi que de nombreux téléphones et ordinateurs, ont été saisis par les enquêteurs de la «police des polices». La garde à vue de ce brigadier de 34 ans a été prolongée au-delà de 48 heures, selon une source judiciaire.

Sa femme était prallèlement auditionnée ce lundi par «la police des polices», a indiqué une source proche du dossier.

Le brigadier interpellé samedi

«La garde à vue a été prolongée en raison du métier exercé par le suspect et de son affectation qui lui permet d'avoir une très bonne connaissance des trafics de drogue», a expliqué une source proche du dossier.

Le suspect, un brigadier «toujours bien noté» par sa hiérarchie, a été interpellé samedi alors qu'il faisait des courses avec son épouse et sa fillette à Perpignan. «Une majorité de l'argent saisi a été retrouvé dans le sac à dos qu'il portait à ce moment-là», a affirmé une source proche du dossier.

Il nie farouchement

Le suspect continue de nier farouchement le vol de 52,6 kg de cocaïne, affirmant seulement avoir gagné l'argent saisi par les «boeuf-carottes» en jouant à des jeux en ligne, selon cette source.

«Il nie toujours les faits et ne dit rien de plus», a ajouté cette source. Lundi après-midi, la drogue, dont la valeur est estimée à deux millions d'euros à la revente, n'avait toujours pas été retrouvée.

Des complices internes ouexternes?

Des policiers spécialisés dans les investigations techniques et financières ont été chargés d'examiner les téléphones et le matériel informatique saisi.

«A ce stade, l'IGPN (Inspection générale de la police nationale, «police des polices») cherche toujours à déterminer s'il y a eu d'éventuelles complicités internes ou externes», a expliqué une source proche du dossier.