La ville de Reims visée par une plainte pour un lâcher de ballons

ECOLOGIE Le plaignant est une association qui lui reproche un «abandon de déchets»...

N.Beu. avec AFP

— 

La mairie de Reims, en 2008.
La mairie de Reims, en 2008. — FIEVEZ/SIPA

L'association écologiste Robin des bois ne se dégonfle pas. Après un lâcher de 2.000 ballons, dimanche, à l'occasion des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, elle a annoncé lundi son intention de porter plainte contre la ville de Reims pour abandon de déchets.

«Ces lâchers de ballons, qui sont de plus en plus nombreux et pour n'importe quelle occasion, constituent une nuisance et un danger pour l'environnement et la biodiversité», a expliqué à l'AFP Jacky Bonnemains, le président de l'association Robin des bois qui milite pour «la protection de l'homme et de l'environnement». «Des fragments de ces ballons sont retrouvés dans les estomacs des oiseaux, des mammifères marins, des tortues marines et des poissons, et constituent un véritable poison pour eux», a poursuivi l'écologiste.

Biodégradabilité contestée

Selon lui, la biodégradabilité revendiquée par les fabriquant de baudruches en latex «n'est absolument pas avérée et intervient dans un temps très long qui n'empêche pas une pollution à court terme». Dimanche, à l'occasion des commémorations du centenaire du début de la Grande Guerre, la ville de Reims avait procédé à un lâcher de 2.000 ballons bleus, blancs et rouges transportant chacun une carte postale en hommage aux soldats morts pour la France.

L'association avait adressé au maire de Reims, l'UMP Arnaud Robinet, un courrier lui demandant de renoncer à ce lâcher ou de retenir les ballons captifs. «Ce sera la première plainte pour ce type de pollution mais nous entendons responsabiliser les autorités et les citoyens pour que cesse cette pratique dangereuse», a ajouté Bonnemains

La plainte pour «abandon de déchets», doit être adressée en fin de semaine au procureur de la République de Reims, a-t-on indiqué à l'association. Contactée par l'AFP, la municipalité n'a pas souhaité faire de commentaire à ce sujet.