Vol dans les exploitations agricoles: «J’ai décidé de piéger mes ruches!»

INTERVIEW Alors que les vols dans les fermes ont progressé de 40% depuis 2008, Jean-Daniel Granade, apiculteur dans l’Ardèche, explique à «20 Minutes» les mesures qu’il a prises pour se protéger…

Vincent Vantighem

— 

Face à la chute continue de la production de miel en France, le gouvernement veut favoriser l'installation de 200 à 300 apiculteurs par an: pourquoi pas, disent les professionnels, mais tout plan d'aide restera "insuffisant" tant qu'on n'aura pas limité l'usage de pesticides.
Face à la chute continue de la production de miel en France, le gouvernement veut favoriser l'installation de 200 à 300 apiculteurs par an: pourquoi pas, disent les professionnels, mais tout plan d'aide restera "insuffisant" tant qu'on n'aura pas limité l'usage de pesticides. — Fred Tanneau afp.com

Il n’en peut plus. Installé à Saint-Remèze (Ardèche) au milieu des champs de lavande que ses abeilles butinent, Jean-Daniel Granade a subi, ces dernières années, plusieurs vols sur son exploitation agricole.

>> Les faits: Adieu veau, vache, tracteurs et cerises: Les vols dans les fermes explosent

Les larcins ont en effet progressé de 40% en cinq ans, forçant les autorités à mettre en place un «plan d’action national». Insuffisant pour cet apiculteur qui a décidé de mettre en place ses propres mesures de protection.

Que vous êtes-vous fait voler ces dernières années?
Tout. Des pots de miel dans mon hangar. Un camion. Et bien sûr des ruches complètes. J’ai aussi découvert qu’on m’avait volé des rayons de miel prêt à être récolté. Et aussi des reines. C’est bien la preuve que ce sont des professionnels. En tout, j’en suis à 20.000 euros de préjudice.

Cela doit être compliqué de voler des ruches, non?
Oui, les derniers ont dû en faire les frais. Ils m’ont volé des ruches. Mais quand je suis arrivé le matin, j’ai découvert qu’un plancher de ruche avait cédé. Ils ont dû bien se faire piquer. C’est bien fait pour eux.

>> Précédent: Un apiculteur se fait voler 61 ruches

De toute façon, j’ai déjà prévenu les gendarmes du coin. Le prochain que j’attrape, je lui fais manger des abeilles avant qu’il ne goûte le miel…

Les forces de l’ordre sont-elles impuissantes?
C’est très compliqué. Avec la multiplication des vols, ils ont augmenté leurs rondes. Mais les champs sont vastes. Et ils ne peuvent pas être partout. Je regrette juste que la justice ne soit pas plus dure. J’en ai chopé deux la dernière fois. Mais ils ont été relâchés.

Quelles mesures avez-vous pris?
J’ai décidé de piéger mes ruches. J’ai installé des pièges à mâchoires au pied de certaines d’entre elles. Des sortes de pièges à loups. Mais je ne suis pas un criminel. J’ai installé une pancarte indiquant: "Voleurs, à vos risques et périls"…