VIDÉOS. Manifs propalestiniennes: Le gouvernement «viscéralement attaché à la liberté de manifester»

POLITIQUE «20 Minutes» recense toutes les réactions politiques de ce jeudi matin après la manifestation mercredi de soutien au peuple Palestinien...

Vincent Vantighem

— 

Manifestation de soutien aux Palestiniens de Gaza le 23 juillet 2014 à Paris
Manifestation de soutien aux Palestiniens de Gaza le 23 juillet 2014 à Paris — Stéphane de Sakutin AFP

Le sujet n’en finit plus de faire polémique. Alors qu’une manifestation de soutien au peuple palestinien s’est déroulée, mercredi soir à Paris, dans le calme, le gouvernement a à nouveau pris position sur le sujet ce jeudi. Invité de RTL, Manuel Valls a notamment expliqué qu’il n’hésiterait pas à interdire une nouvelle manifestation, prévue samedi, s’il n’a pas toutes les «garanties en matière de sécurité». 20 Minutes a compilé toutes les réactions politiques…

>> A lire: Notre reportage dans la manifestation de mercredi

Manuel Valls, Premier ministre
Le gouvernement interdira les manifestations propalestiniennes, dont celle prévue samedi à Paris, «s’il n’y a pas de garanties» en termes de sécurité, a indiqué jeudi le Premier ministre Manuel Valls.

«S’il n’y a pas de garanties, si nous craignons ce qui a conduit à l’interdiction de deux manifestations sur les 66 qui ont eu lieu ces derniers jours, alors là aussi le gouvernement prendra ses responsabilités et ce type de manifestation sera interdit», a déclaré le chef du gouvernement sur RTL.


Manuel Valls: "L’antisémitisme n’est pas une… par rtl-fr

«Nous verrons bien, nous agissons au cas par cas, nous avons une gestion pragmatique. Quand la sécurité est garantie, quand les organisateurs prennent un certain nombre d’engagements, quand la négociation a lieu entre les préfets et les organisateurs, ce fut le cas pour la manifestation d’hier (mercredi à Paris), elles sont bien évidemment autorisées puisque manifester est un droit», a souligné le Premier ministre.

Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur
Interrogé sur Europe 1, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a insisté sur la nécessité «d’examiner chaque déclaration de manifester au cas par cas» dans le «contexte» actuel. «Les organisateurs» de la manifestation de samedi «seront reçus, il sera discuté de l’itinéraire, des conditions d’organisation de cette manifestation», a-t-il dit.


Bernard Cazeneuve: "La liberté de manifester… par Europe1fr

Le ministre a rappelé que le gouvernement était «viscéralement attaché à la liberté de manifester» et que son rôle était de «faire en sorte que les manifestations se tiennent, sauf» si elles devaient être l’occasion «d’un déferlement de haine».

Valérie Pécresse, députée (UMP) des Yvelines
Interrogée sur France 2 sur l’opportunité d’autoriser ou non la manifestation propalestinienne prévue samedi à Paris, Valérie Pécresse a répondu: «Il faut évidemment que le ministère de l’Intérieur prenne toutes les précautions de manière à ce que cette manifestation ne soit pas un danger pour l’ordre public. En même temps, je pense qu’il vaut mieux autoriser les manifestations que les interdire parce que c’est très important d’avoir le droit de manifester ses opinions. Sinon on fera de la France une cocotte-minute qui risque de faire un jour sauter le couvercle».

Yves Jégo, député et candidat à la présidence de l’UDI
«Le gouvernement a eu tort quand il a interdit les deux manifestations programmées à Paris et à Sarcelles et je crois que cette interdiction, qui n’a pas été comprise, a malheureusement favorisé les casseurs, ceux qui se sont emparés de cette interdiction pour venir porter une violence inacceptable», a déclaré Yves Jego sur RFI.


Yves Jégo: «Le droit de manifester, c’est un… par rfi

«On l’a vu hier, le droit de manifester est un droit républicain et quand les manifestations sont encadrées, il n’y a pas de raison que cela se passe mal.»