Soutien à Gaza: Des députés PS vont participer à la manif, malgré les critiques dans leur camp

POLITIQUE Une position qui «exrime parfois une absence de compréhension de la gravité de qui se joue», estime le ministre des Relations avec le gouvernement...

E.O. avec AFP

— 

Manifestation de soutien au peuple palestinien à Paris, le 19 juillet 2014.
Manifestation de soutien au peuple palestinien à Paris, le 19 juillet 2014. — SEVGI/SIPA

Plusieurs députés socialistes comme Pascal Cherki, Alexis Bachelay et Yann Galut vont participer ce mercredi à la manifestation autorisée de soutien à la population de Gaza. L’idée provoque quelques remous et mises en garde dans la majorité, où l’on craint des débordements comme lors des manifestations du week-end dernier à Paris et Sarcelles.

>> Suivre en direct la manifestation par ici et les réactions

«S’il y a le moindre dérapage, nous en tirerons les conséquences. En ce qui me concerne, je ne continuerai pas à participer à une manifestation où ce n’est pas seulement le slogan pour la paix et la justice au Proche-Orient qui s’exprime», a lancé Yann Galut, député du Cher, sur France Info. «Si je vois des débordements, je quitterai le cortège» a renchéri son collègue des Hauts-de-Seine Alexis Bachelay sur Sud-Radio. Mais pour l’élu, «il n’y aura pas de slogan antisémite ce soir (…). Il y a quand même (parmi les organisateurs) la Ligue des droits de l’Homme et la LDH s’est créée pendant l’Affaire Dreyfus», a-t-il argumenté.

«Une certaine forme de légèreté»

«La position de ces députés exprime (…) parfois une absence de compréhension de la gravité de qui se joue et parfois une certaine forme de légèreté», a taclé le ministre des Relations avec le gouvernement Jean-Marie Le Guen sur Europe 1. «Ils tireront les conséquences de cette manifestation», a-t-il poursuivi, ajoutant espérer que «tout se passe bien».

«J’ai dit à ces députés de faire attention», a renchéri le patron des élus socialistes à l’Assemblée Bruno Le Roux, devant des journalistes. «Quelle va être leur attitude quand ils vont entendre des choses inacceptables? Dans ces manifestations, il y a aujourd’hui un certain nombre de mots d’ordre et des groupes qui viennent pour casser du juif, casser du socialiste».

«Un sujet de conscience, pas une consigne de vote»

«Quand on est parlementaire, on a une voix qui peut permettre d’éviter de manifester, surtout quand on ne sait pas ce qui va se passer», a-t-il continué, affirmant par ailleurs que le PS ne participe plus à des manifestations sur le conflit israélo-palestinien depuis 1974.

Alexis Bachelay a jugé ce conseil de Bruno Le Roux «déplacé». «Parce qu’il y a une poignée de casseurs, il ne faudrait plus jamais manifester? Au nom de quoi un député devrait-il s’abstraire de ce qui se passe dans la société? C’est un sujet de conscience, pas une consigne de vote», a estimé le député.