Violences à Sarcelles: Huit personnes vont être jugées en comparution immédiate

JUSTICE Trois pour «vols en réunion» et de «dégradations», les cinq autres pour «participations à un attroupement armé» et «violences», notamment «contre les forces de l'ordre»…

20 Minutes avec AFP

— 

Des émeutiers jettent des projectiles à la police à Sarcelles le 20 juillet 2014
Des émeutiers jettent des projectiles à la police à Sarcelles le 20 juillet 2014 — Pierre Andrieu AFP

Huit émeutiers présumés ont été déférés ce mardi pour être jugés en comparution immédiate après les violences qui ont éclaté ce week-end lors d'une manifestation propalestinienne à Sarcelles (Val-d'Oise), a-t-on appris de sources concordantes.

>> Lire notre reportage à Sarcelles, au lendemain des violences

Trois émeutiers présumés doivent répondre de «vols en réunion» et de «dégradations», a indiqué une source proche du dossier. Les cinq autres seront jugés pour «participations à un attroupement armé» et «violences», notamment «contre les forces de l'ordre». Sept d'entre eux doivent être jugés devant le tribunal correctionnel de Pontoise. Le huitième, mineur et domicilié dans la capitale, sera jugé à Paris.

Certains sont inconnus des services de police

Les violences se sont produites dimanche en marge d'un rassemblement propalestinien qui avait été interdit par les autorités. Plusieurs commerces ont été mis à sac, notamment une épicerie casher. La synagogue de la ville n'a pas été touchée, selon des sources policières, mais une voiture a été incendiée devant celle de Garges-les-Gonesse.

Dix-huit personnes avaient été interpellées lors de la manifestation, parmi lesquelles 11 se trouvaient toujours en garde à vue mardi matin. Les gardes à vues peuvent se prolonger juqu'à mardi soir.

Selon une source proche de l'enquête, les personnes déférées ont «des profils variés», et sont pour certaines inconnues des services de police. «Certaines ont participé aux violences par opportunisme», a ajouté cette source, qui précise que la plupart des émeutiers présumés «sont originaires de Sarcelles ou des villes avoisinantes».