Mont-Saint-Michel: Le pont-passerelle ouvert pour la première fois aux piétons

PATRIMOINE L’ouvrage est un élément clé du projet visant à rétablir le caractère maritime du Mont-Saint-Michel…

20 Minutes avec AFP

— 

La construction de ce pont-passerelle avait démarré début 2011.
La construction de ce pont-passerelle avait démarré début 2011. — Charly Triballeau / AFP

Le pont-passerelle menant au Mont-Saint-Michel (Manche) a été ouvert aux piétons mardi après-midi, permettant pour la première fois aux visiteurs de rejoindre le Mont sans emprunter la digue-route y conduisant jusque-là.

Cet ouvrage, dont la construction a débuté en 2011, est un élément-clé du projet de rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel, gigantesque chantier lancé en 2006.

Un pont-passerelle de 760 mètres de long

Long de 760 mètres et large de 11 mètres, ce pont-passerelle décrivant une élégante courbe consacre une promenade en chêne large de 4,50 mètres aux piétons. Les véhicules - navettes automobiles et hippomobiles, services de secours et livraison - devront en revanche patienter jusqu’en octobre avant de pouvoir l’emprunter. L’achèvement du pont-passerelle, signé par l’architecte autrichien Dietmar Feichtinger, ne signifie pas pour autant la fin des travaux, attendue à l’été 2015.

La destruction de la digue-route prendra six mois

Selon le Syndicat mixte de la Baie du Mont-Saint-Michel, qui pilote le projet, la large esplanade au pied des remparts, sur laquelle débouche le pont, sera achevée fin septembre, mettant un point final à la construction du nouvel accès. L’automne marquera également le début de la destruction de la digue-route, qui prendra six mois.

Une fois les travaux terminés, la mer devrait entourer le Mont près de la moitié de l’année. Et baigner le pied du rocher une vingtaine de jours par an.

L’un des premiers sites touristiques français

Les véhicules particuliers n’ont plus accès depuis 2012 au Mont-Saint-Michel, inscrit au patrimoine de l’Unesco en 1979. Le Mont est un des premiers sites touristiques français, avec 2,3 millions de visiteurs en 2013.