Albi: Trois personnes interpellées dans le démantèlement d'une cellule djihadiste présumée

TERRORISME L’un des suspects pourrait être un recruteur de candidats au djihad en Syrie...

20 Minutes avec AFP

— 

Une source policière annonce l'interpellation de trois personnes dans le cadre du démentèlement d'une cellule djihadiste à Albi (Tarn).
Une source policière annonce l'interpellation de trois personnes dans le cadre du démentèlement d'une cellule djihadiste à Albi (Tarn). — Capture d'écran / Google Maps

Deux hommes et une femme soupçonnés d’appartenir à une cellule djihadiste ont été interpellés ce mardi matin à Albi (Tarn), a-t-on appris de source policière.

Soupçonné de recruter pour le djihad en Syrie?

Deux d’entre eux ont effectué un récent séjour de trois mois en Syrie. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’un des suspects pourrait être un recruteur de candidats au djihad en Syrie. La cellule dont ils pourraient faire partie rayonnait sur Albi et Toulouse (Haute-Garonne) et était suspectée de préparer des «actions violentes», a précisé la source policière.

«Je suis déterminé à ce que nous puissions éviter les départs et démanteler les filières de départ», a expliqué le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, lors d'une conférence de presse à l'hôtel de police de Marseille. Le ministre a également déploré l'augmentation de 56% du nombre des ressortissants français, qu'il évalue à 800 personnes, engagés dans des opérations de ce type.

«Neutraliser ceux qui sont engagés sur le théâtre des opérations»

«Il appartient à la justice de poursuivre les enquêtes pour neutraliser ceux qui sont engagés sur le théâtre des opérations», a-t-il ajouté, se refusant à tout autre commentaire, renvoyant à son projet de loi de lutte contre le terrorisme qu'il présente dans la journée en commission à l'Assemblée nationale.

Un plan gouvernemental de lutte antijihad, contre les filières vers la Syrie notamment, a été présenté le 23 avril par Bernard Cazeneuve. Une des mesures phares est la possibilité donnée aux proches de candidats potentiels au djihad de les signaler sur une plateforme internet et un numéro vert. Ce dernier fonctionne depuis le 29 avril.