«Faucheurs volontaires»: Nouvelle action symbolique près de Dijon

OGM Ils voulaient "sensibiliser" l’opinion publique sur une semence de Colza dont ils estiment qu’elle devrait être marquée OGM…

20 Minutes avec AFP

— 

Après Roquettes (Haute-Garonne) en mai dernier (photo), des faucheurs volontaires ont mené une action symbolique près de Dijon ce lundi matin.
Après Roquettes (Haute-Garonne) en mai dernier (photo), des faucheurs volontaires ont mené une action symbolique près de Dijon ce lundi matin. — PASCAL PAVANI / AFP

Une vingtaine de «faucheurs volontaires» ont mené lundi matin une action symbolique sur le site de Dijon Céréales à Longvic (Côte-d’Or) pour dénoncer l’utilisation d’une semence de colza rendue tolérante à un herbicide, a-t-on appris auprès des manifestants et de l’entreprise.

Alerter l’opinion et les agriculteurs sur le colza Clearfield

Vers 8h30, les militants se sont présenté sur le site de Dijon Céréales, une coopérative de collecte et d’approvisionnement de grains. «Notre première démarche est d’alerter l’opinion et les agriculteurs» sur cette semence de colza qui «devrait être marquée OGM», a déclaré Fabien Houyez, membre du collectif des faucheurs volontaires de l’Yonne.

Les manifestants ont ensuite pu visiter la plateforme, où aucune semence incriminée n’a été trouvée, a-t-il précisé. Le colza Clearfield a été modifié par mutagénèse pour tolérer des pesticides, selon les militants, qui estiment que cette variété promue par la firme américaine Monsanto et par le groupe allemand BASF a été "manipulée génétiquement".

«Le colza Clearfield n’est pas un OGM» rétorque Dijon Céréales

Dans un communiqué, Dijon Céréales précise que "le colza Clearfield n’est pas un OGM: il n’est pas issu de l’introduction d’un gène extérieur au colza mais d’une technique de sélection dite par mutagénèse qui utilise les mutations naturelles des plantes".

Ce colza fait actuellement l’objet par l’entreprise d’une "évaluation" sur une "cinquantaine" d’hectares, cette semence n’étant "pas en diffusion large", a ajouté le directeur de la communication de Dijon Céréales, Didier Quintard.