Une nouvelle manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris

SOCIETE Les organisateurs disent n’avoir «pas le même récit» que le gouvernement sur les événements de samedi et appellent à un nouveau rassemblement…

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation de soutien au peuple peuple palestinien à Paris, le 19 juillet 2014.
Manifestation de soutien au peuple peuple palestinien à Paris, le 19 juillet 2014. — SLOMKA MICHEL/SIPA

Les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne non autorisée samedi à Paris, qui a dégénéré en heures d'affrontements entre policiers et jeunes, appellent à un nouveau rassemblement le samedi 26 juillet, ont-ils annoncé ce dimanche.

«Nous lançons un appel national à manifester samedi prochain à 15h sur la place de la République» à Paris, a déclaré Youssef Boussoumah, l'un des porte-parole des manifestants, précisant qu'aucune déclaration n'avait encore été déposée auprès de la préfecture de police.

«Grand pataquès»

«Le cas de figure est le même: on ira manifester» même si le rassemblement est interdit, a ajouté Alain Pojolat, membre du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), lui aussi porte-parole.

La déclaration de manifestation devait être déposée «dans la journée» de dimanche, ont assuré les représentants des manifestants, pour l'essentiel des responsables de petites organisations pro-palestiniennes, qui dressaient le bilan de la manifestation de samedi lors d'une conférence de presse.

«Nous n'avons pas le même récit que le gouvernement», a souligné Youssef Boussoumah, qui dénombre «de nombreux blessés». «Tout cela est à mettre au compte du grand pataquès qui a délibérément été organisé», a-t-il dénoncé.

Une autre manifestation mercredi soir

Le gouvernement avait interdit samedi un rassemblement prévu à Paris en soutien aux Palestiniens de Gaza. Bravant cette interdiction, des milliers de manifestants ont quand même convergé dans le nord de Paris. Mais le rassemblement a rapidement basculé, laissant place à des heures d'affrontements soutenus avec les forces de l'ordre.

Dix-sept policiers et gendarmes ont été blessés et 44 personnes ont été interpellées, dont 19 se trouvaient toujours en garde à vue dimanche matin. «Il y avait des forces de police devant, derrière, sans aucun possibilité de s'échapper. La tension aidant, au bout d'un moment, des frictions ont commencé. Les forces de l'ordre ont envoyé des grenades sur un sit-in qui s'installait à Barbès. Ils ont fait usage de gaz vomitifs et de flash-ball», a affirmé Youssef Boussoumah, estimant que 8.000 à 10.000 personnes avaient manifesté samedi.

Les porte-parole des manifestants ont également appelé à se rendre à une autre manifestation parisienne mercredi soir, organisée à l'initiative du «collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens», qui regroupe un panel plus large d'associations, de partis et de syndicats.