VIDEO. L'ex Femen Amina Sboui sera jugée pour «dénonciation volontaire»

JUSTICE L'ancienne militante tunisienne avait déposé plainte pour avoir été tondue par cinq hommes place de Clichy...

O.G.

— 

Amina Sboui, ex-Femen tunisienne, a affirmé avoir été victime d'une agression début juillet 2014.
Amina Sboui, ex-Femen tunisienne, a affirmé avoir été victime d'une agression début juillet 2014. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Quelques heures de garde à vue. Selon le site de la radio RTL, l’ex militante Femen Amina Sboui a été remise en liberté en fin de journée ce mardi. Soupçonnée d’avoir menti à propos de l’agression dont elle dit avoir été victime début juillet, a été laissée en liberté après sa garde à vue mardi et sera jugée pour «dénonciation mensongère», a dit son avocat à l’AFP.

Elle maintient sa version

Elle avait été placée en garde à vue dans la matinée dans les locaux de la Sûreté régionale des transports franciliens pour «dénonciation de délits imaginaires». En cause: elle avait raconté avoir été tondue par cinq hommes islamistes au début du mois de juillet, place de Clichy (17e arrondissement de Paris).

La militante féministe avait raconté avoir été sortie de force du métro parisien, au petit matin, par un homme qui l’avait ensuite conduite dans la rue, près de la place de Clichy, où l’auraient attendue ses agresseurs. Joint par l’AFP, son avocat, Me Martin Pradel, a dit que sa cliente maintenait sa version des faits.

Convoquée en octobre pour «dénonciation mensongère»

Elle n’a pas été déférée devant le parquet de Paris en vue d’une mise en examen. Mais, toujours selon RTL, cette Tunisienne est convoquée en octobre prochain pour «dénonciation mensongère» en vue d’une probable audience devant le tribunal correctionnel de Paris.

Des inexactitudes avaient été soulevées lors de son dépôt de plainte. Selon nos informations, les bandes de vidéosurveillance de la Place Clichy n’ont pas corroboré ses déclarations.