Transports en commun: La fraude en cinq chiffres

SECURITE Le taux de fraude sur le réseau ferré de la RATP est de 5%...

William Molinié

— 

Photo d'illustration. La gare de Lyon le 12 décembre 2011.
Photo d'illustration. La gare de Lyon le 12 décembre 2011. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Lutter contre la fraude dans les transports en commun est un art délicat. Il s’agit de faire rentrer des recettes sans dépenser trop d’argent dans le développement de moyens de lutte anti-fraude…

500 millions d’euros

C’est le manque à gagner pour les opérateurs en raison de la fraude. Pour la SNCF, c’est 300 millions d’euros, pour la RATP, 110 millions d’euros. Les 90 autres millions sont ceux des autres opérateurs de bus. Pour la RATP, ce montant représente l’achat de 450 bus neufs ou encore une vingtaine de rames neuves de métro.

5 %

C’est le taux de fraude estimé sur le réseau ferré de la RATP. Sur les bus, ce taux est supérieur, environ 7 à 8 %. «Ce taux est resté stable ces dix dernières années, après une baisse constante dans les années 1990», explique-t-on à la régie parisienne. Côté SNCF, on se refuse à communiquer ce chiffre. «Il est confidentiel», justifie le transporteur qui estime toutefois qu’un point de fraude gagné sur l’ensemble des 20 régions permettrait de générer 15 millions d’euros supplémentaires.

11,6 %

C’est le taux de recouvrement des PV à la SNCF. C’est très peu. Les opérateurs cherchent donc à proposer des amendes avantageuses aux fraudeurs qui acceptent de payer immédiatement.

4.000

C’est le nombre de verbalisations réalisées chaque jour sur le réseau de la RATP par les 1.000 contrôleurs de l’entreprise qui réalisent les 2/3 des verbalisations. L’autre tiers est dressé par les 5.000 agents de l’entreprise. Tous sont assermentés.

35 %

C’est l’objectif de réduction du taux de fraude dans le TER d’ici à 2020. La SNCF compte y arriver en réduisant la durée de validité des billets de 61 jours à 7 jours et en mettant en place une amende de 25 euros pour un billet non composté utilisé un autre jour que le jour d’achat. Le TER est un des axes stratégiques pour l’opérateur car la fraude du quotidien et habituelle est celle qui coûte le plus cher.