Revivez l'ouverture de la 3e conférence sociale en direct

R.L

— 

Le président de la République François Hollande, le 26 mars 2014 à l'Elysée.
Le président de la République François Hollande, le 26 mars 2014 à l'Elysée. — Thibault Camus/AP/SIPA

 

 Ce live est désormais terminé. Merci à tous de l'avoir suivi et bonne soirée.
19h13: Les exigences de la CFDT «désormais se portent sur l'apprentissage et le chômage de longue durée»
 
«Sur le compte pénibilité, nous avons l'assurance que la mesure entrera en vigueur en 2016, malgré le report» annoncé par Manuel Valls, a indiqué Laurent Berger, le leader de la CFDT. «Nos exigences désormais se portent sur l'apprentissage et le chômage de longue durée.»
19h08: Pierre Gattaz: «Nous avons fait le constat partagé de la situation économique préoccupante»
«Nous avons fait le constat partagé de la situation économique préoccupante. Demain, il faudra que des solutions se dégagent pour que les décisions ne prennent pas des années à être prises. Notre priorité sera que les impôts et les charges n'augmentent pas», a déclaré le président du Medef, à l'issue de la première journée de la conférence sociale. 
«Juillet 2014 doit être un moment important pour le rebond économique de la France. Il faut simplifier le droit du travail et l'environnement des entreprises», a-t-il ajouté.  Le chef des patrons a par ailleurs dit «espèrer que la CGT et FO reviendront dans les discussions en septembre.»
19h05: «Le dialogue social qu'on attendait», dit la CFTC

«C'est le dialogue social qu'on attendait. Maintenant, on verra demain. Mais la volonté de dialoguer est là et c'est une bonne chose», indique  Philippe Louis de la CFTC. Qui déplore par ailleurs le boycott de la CGT: «C'est une posture. C'est dommage.»
18h38: Le boycott encore et encore...


Déclaration de Mailly: «Hollande n'a pas essayé de nous retenir».
18h36: «Nous attendons du concret», note Carole Couvert (CFE CGC)


Carole Couvert (CFE CGC): «Les Français attendent des mesures, notamment les classes moyennes. Nous sommes dans une logique gagnant-gagnant avec les salariés et les entreprises et nous attendons du concret. Hollande nous l'a redit: il ne veut pas être dans la posture mais dans l'action. Si donne sa chance au dialogue, Carole Couvert n'exclut pas «d'aller dans la rue à la rentrée si le dialogue ne donne rien».
 
18h33: Conclusion de François Hollande

«Le Pacte de responsabilité doit être mis en oeuvre et le dialogue social doit nous rassembler pour lutter contre le chômage»
18h30:

Sur l'apprentissage et l'alternance: «Il y aura une réunion dès la rentrée. Je demande aux partenaires de venir avec leurs revendications»
18h28: Tacle de François Hollande

Au sujet du boycott de la CGT et FO: «Nous serions à un moment banal de notre pays, qu'importe. Mais nous sommes dans un moment particulièrement grave où l'avenir de la France se joue», s'exclame-t-il.
18h27:

«Tout le monde connait le contexte de cette conférence mais je vais vous dire ce qui est en jeu: c'est l'idée même du dialogue social»
18h24: «Je veux un accompagnement personnalisé des chômeurs»

«Je veux que Pôle Emploi fasse un accompagenement personnalisé. Les chômeurs de longue durée doivent aussi pouvoir accéder à l'apprentissage à n'importe quel âge»
18h20: Lepaon sur le boycott...
«Nous avons essayé d'être constructifs mais nous n'avons été ni entendus ni écoutés. Nous avons fait 94 propositions, dont cinq exigences, mais le gouvernement s'est montré plus attentif aux revendications du Medef sur la pénibilité et le temps partiel. Pour autant, «nous participerons à toutes les négociations futures. Et nous sommes présents en ce jour de discours de président de la République parce qu'il en va du pacte républicain».

18h17: «Il faut être constructif», explique pendant ce temps Rebsamen à notre envoyé spécial
«Il faut être constructif. Les discussions se poursuivront à la rentrée de septembre via deux grands axes: le suivi des aides publiques aux entreprises et l'emploi des seniors chômeurs de longue durée», affirme François Rebsamen
18h13: Hollande: Le dialogue social «ne peut pas être une perpétuelle surenchère»


François Hollande a affirmé que le dialogue social ne pouvait «pas être une perpétuelle surenchère», alors que les syndicats CGT et FO ont décidé de boycotter le deuxième jour de la conférence sociale mardi. «Cette méthode (du dialogue social) a ses exigences», a déclaré le chef de l'Etat à l'ouverture de ce grand rendez-vous annuel de son quinquennat. «Elle suppose le respect des partenaires», a-t-il ajouté, insistant sur le fait que «chacun doit être à sa place» et qu'en même temps, il faut tous être «rassemblés pour agir».
18h12: Un passage sur les élections europénnes:

«L'extremisme est présent dans toute l'Europe. Ça ne peut pas continuer ainsi»

18h11: «Je réunirai en septembre les assises de l'investissement»

«Je réunirai en septembre les assises de l'investissement dans le but d'adapter nos dispositifs de financement pour que l'économique en soit la seul bénéficiaire»
18h09:  «Nous allons orienter les 200 milliards d'actifs vers les entreprises», poursuit Hollande lors de son discours
18h06: Mailly (FO) dénonce de son côté  «un vrai bug dans le dialogue social»

Le numéro un de Force ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly, a dénoncé lundi devant la presse «un vrai bug dans le dialogue social», à l'issue d'une réunion à huis clos avec François Hollande.  Mailly a expliqué la décision de FO de ne pas participer mardi à la seconde journée de la conférence sociale par les «désaccords sur le pacte de responsabilité» et les «déclarations intempestives du Premier ministre» Manuel Valls sur les seuils sociaux dans les entreprises et la simplification du code du travail, et par le sentiment «qu'il y avait un vrai bug dans le dialogue social».

18h03: «Ou nous attendons» ou «nous mobilisons toutes nos forces»

«Ou nous attendons que la croissance revienne mécaniquement et nous risquons d'avoir plus de chômage. Ou nous mobilisons toutes nos forces et à ce moment-là il y aura plus d'investissement, plus de consommation et plus de croissance».
18h00: François Hollande «préfère être clair»

«Ce pacte a été entièrement respecté par l'Etat. Il est financé par un plan d'économie budgétaire. Il appartient donc aux employeurs de lui donner toute son ampleur. Je préfère être clair, les branches doivent s'emparer du sujet»
17h59: Hollande s'exprime sur le Pacte

«L'enjeu de cette conférence c'est le même qu'en 2012. C'est la mobilisation pour la croissance et pour l'emploi»

17h57: «Avec une croissance aussi faible, un chômage aussi élevé, une précarité forte, nous devons nous mettre au tour de la table pour chercher des solutions fortes»
17h56: «Libre à chacun de contester ce qui a été fait dans les conférences sociales», poursuit-il.
17h54: Il s'exprime sur le compte pénibilité

«La pénibilité entrera en vigueur le 1er janvier 2015 et sera entièrement déployée à partir du 1er janvier 2016»
17h48: C'est parti...

«La France connait depuis six ans, une montée continue du chômage. C'est le révélateur d'une industrie trop faible, une compétitivité dégradée, un complexité administrative et des inégalités qui excluent une partie de notre pays», déclare François Hollande.
17h46: Ça arrive...
17h44: Les créations d'emploi générées par les aides du pacte de responsabilité prendront «quelques mois, voire quelques années», selon Pierre Gattaz

Le président du Medef, Pierre Gattaz, a estimé que les créations d'emploi générées par les aides du pacte de responsabilité prendront «quelques mois, voire quelques années». «Le Pacte se comprend dans la durée, puisque les baisses de charges et de fiscalité s'étalent sur plusieurs années. La création d'emplois découlera de ces actions, souvent avec quelques mois, voire quelques années de décalage, il faut le dire et l'assumer», a dit Pierre Gattaz lors d'échanges à huis clos avec le Président de la République, selon une déclaration écrite
17h37: En attendant...

Pour suivre le discours d’ouverture de la grande conférence sociale pour l’emploi par François Hollande, Président de la République, c'est ici et c'est dans quelques minutes
17h30: «La conférence est utile» mais «a vécu», selon le cabinet de Pierre Gattaz

«La conférence est utile parce que c'est toujours important de rencontrer les syndicats. Mais ce type de grand-messe a vécu», explique un membre du cabinet de Pierre Gattaz. Interrogé par notre envoyé spécial, le cabinet regrette «que ce ne soit pas un point social ET économique» et insiste sur l'importance «d'un constat partagé avant d'entamer des discussions».

17h30: «J'ai compris que je devais conclure», affirme Louis Gallois.

François Hollande ne devrait pas tarder...
17h24: «Le code du travail doit être simplifié pour protéger le salarié», affirme un membre du cabinet de Gattaz
«Le code du travail doit être simplifié pour protéger le salarié», affirme un membre du cabinet de Gattaz. Selon lui, «le seuil des 50 salariés est un frein à l'emploi souvent cité par les patrons».
17h21: Louis Gallois au titre du réseau Alerte s'exprime depuis quelques minutes

«Favoriser le retour à l'emploi, c'est le premier objectif», déclare-t-il

17h14: La simplification du code du travail est «dangereuse», selon Jean Grosset de l'UNSA

Interrogé par notre envoyé spécial, Jean Grosset a qualifié de «dangereuse» la simplification du code du travail. Manuel Valls souhaite en effet un fonctionnement plus souple et plus efficace pour l'économie et a demandé aux partenaires sociaux d'engager des discussions à ce sujet et une révision des seuils sociaux dans l'entreprise. «Les seuils ne seront pas dans la discussion», assure Jean Grosset.
17h03: Les partenaires sociaux regrettent le boycott de la CGT et de FO

A son arrivée au Palais d’Iéna, où se tient la conférence sociale, Laurent Berger, a estimé que les boycotts syndicaux ou patronaux étaient contre-productifs.

>> Lisez l'article de notre envoyé spécial ici

16h57: La séquence introductive en plénière a commencé et se poursuivrait actuellement sans François Hollande
16h54: Alors pourquoi?
16h48: Et pendant ce temps-là...
16h45: C'est au tour de Jean Pisani de s'exprimer sur les enjeux de la France dans 10 ans

Jean Pisani, commissaire général à la stratégie et à la prospective prend la parole. «Cette conférence est une urgence», déclare-t-il.
16h40: Jean-Paul Délevoye, président du CESE, a pris la parole

«La réforme est nécessaire à condition de ne pas injurier l'avenir. C'est une responsabilité»
16h24: Au fait, l'arrivée de François Hollande au siège du Conseil économique social et environnemental c'est en Vine et c'était comme ça...

16h13: Et voilà, FO boycott


La direction de FO a décidé de boycotter la seconde journée de la conférence sociale mardi, mais son numéro un, Jean-Claude Mailly, a participé à la réunion lundi après-midi avec le président François Hollande, a appris l'AFP auprès d'une source syndicale.
16h04: Le boycott de FO se précise. A suivre...pour le moment ils tweetent le Tour de France
15h44: La conférence sociale «vraiment sociale» c'est donc ici...
15h36: Pendant ce temps...Une conférence sociale alternative se tient à Paris

Des associations et syndicats organisaient en ce moment une «contre-conférence», «vraiment sociale» pour porter la parole des plus précaires, persuadés que le rendez-vous officiel du gouvernement au Palais d'Iéna «n'aboutira à rien». «Vous avez bien fait de ne pas aller à Iéna, il ne s'y passera rien», a prévenu Pierre-Edouard Magnan, porte-parole du MNCP (mouvement de chômeurs et précaires), devant une centaine de militants réunis autour d'un petit chapiteau dressé place de la République.
15h32: Selon les informations des Echos, ça va boycotter du côté de FO

Si c'est le cas, ni Thierry Lepaon, ni Jean-Claude Mailly, n’iront aux tables rondes. Ils n’assisteront pas pas non plus au discours de clôture de l’événement par le Premier ministre, Manuel Valls.
15h28: Boycottera, boycottera pas? Que va décider Force Ouvrière?

La direction de FO s'est aussi réunie ce lundi matin pour décider de la position de la confédération concernant la conférence sociale. Son numéro un, Jean-Claude Mailly, participera à la rencontre avec le président et lui réservera l'annonce de sa décision.
15h13: La CGT boycottera la seconde journée de la conférence sociale

Vous voulez comprendre pourquoi? L'article est à lire ici
15h12 : A 17H30, Hollande prononcera un discours

L'occasion pour lui de faire le point sur le pacte de responsabilité, sur lequel il compte pour sortir le pays de l'ornière. Un discours à suivre ici.
15h10: Hollande et Valls n'ont fait aucun commentaire à leur arrivée

Hollande et Valls n'ont fait aucun commentaire à leur arrivée au siège du Conseil économique social et environnemental. Le chef de l'Etat et le Premier ministre vont s'entretenir à huis clos avec les leaders patronaux (Medef, CGPME, UPA) et syndicaux (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC).

Le président François Hollande et son Premier ministre Manuel Valls ont ouvert lundi en début d'après-midi au Palais d'Iéna la troisième conférence sociale du quinquennat. La seconde journée, mardi, sera boycottée par la CGT.