Conférence sociale: La CGT et FO boycotteront la journée de mardi

SOCIAL Thierry Lepaon avait menacé vendredi de boycotter partiellement cette troisième conférence sociale du quinquennat, dénonçant des décisions de Manuel Valls...

E.O. avec AFP

— 

Le secrétaire général de la  CGT Thierry Lepaon, le 1er mai 2014 à Paris.
Le secrétaire général de la CGT Thierry Lepaon, le 1er mai 2014 à Paris. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

La CGT et FO vont boycotter la seconde journée de la conférence sociale, mardi, ont fait savoir les deux syndicats ce lundi. 

Après les concessions du Premier ministre au patronat sur le compte pénibilité et la simplification du code du Travail et faute d'obtenir une «clarification» du président, la direction de la CGT, premier syndicat français, réunie ce lundi matin, a décidé qu'elle ne participerait pas aux sept tables rondes prévues autour de onze ministres, ni au discours de clôture de Manuel Valls dans l'après-midi, a appris l'AFP auprès d'une source syndicale.

En revanche, considérant qu'il s'agit d'un «acte républicain», la centrale de Thierry Lepaon a maintenu sa présence à la réunion à huis clos avec François Hollande et les autres organisations syndicales (CFDT, CFTC, CFE-CGC, FO) et patronales représentatives (Medef, UPA, CGPME). Le numéro un de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, a également participé à la réunion. Jean-Claude Mailly avait annoncé vendredi qu'il participerait bien à ce débat avec lePrésident, mais qu'il «n'excluait rien» pour la journée de mardi, se disant décidé à «marquer le coup».