Comptes de campagne: Nicolas Sarkozy visé par une nouvelle enquête préliminaire

JUSTICE Ouverte par le parquet de Paris, l'enquête vise, cette fois, un éventuel «abus de confiance» au préjudice de l'UMP...

Vincent Vantighem

— 

Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy — B.BEBERT/SIPA

Aurait-il fait payer son amende par l’UMP? Le parquet de Paris a ouvert une nouvelle enquête préliminaire, le 02 juillet, visant Nicolas Sarkozy, a-t-on appris ce lundi matin. C’est toujours l’affaire des comptes de sa campagne 2012 qui intéresse les magistrats. Cette fois-ci, les enquêteurs vont se pencher sur les pénalités infligées à l’ancien chef de l’Etat après l’invalidation des comptes de sa campagne.

>> Les Faits: La journée où les comptes ont été invalidés

Pour rappel, les Sages du Conseil Constitutionnel avaient estimé en juillet 2013 que l’ancien président avait dépassé le plafond autorisé pour la campagne. Se faisant, ils l’avaient enjoint à rembourser au Trésor Public l’avance forfaitaire de 150.000 euros qui lui avait été octroyée et demandé de payer les 363.615 euros correspondant au dépassement du plafond légal. Or c’est l’UMP qui a réglé la facture à la place du candidat.

«On ne trouvera rien»

Le parquet de Paris qui a donc ouvert cette enquête se demande si ce tour de passe-passe financier ne serait pas constitutif d’un éventuel «abus de confiance».

>> Interview: Revivez l'intervention de Nicolas Sarkozy sur TF1

Visé par une multitude d'enquêtes, l'ancien chef de l'Etat a accordé une interview, mercredi 5 juillet, à TF1 et Europe 1 dans laquelle il a assuré n'avoir rien à se reprocher. «Ni là ni dans d'autres affaires. Cela fait 35 ans que je fais de la politique et mon est examiné à la loupe. On ne trouve rien. On ne trouvera rien, avait-il lâché, offensif. Je prends les Français à témoin car, quand on est sûrs de son innocence, on n'a pas peur de s'exprimer.»

Interrogé sur son éventuel retour en politique, l'ancien chef de l'Etat a indiqué qu'il donnerait sa réponse «fin août, début septembre».