Un Français sur huit est «seul» selon une étude de la Fondation de France

SOCIETE Sans surprise, le phénomène s’est aggravé chez les personnes âgées…

Vincent Vantighem

— 

Une personne âgée à son domicile
Une personne âgée à son domicile — Jean-Loup Gautreau AFP

Cinq millions de personnes sont seules en France, selon une étude publiée ce lundi matin par la Fondation de France. Le phénomène, s’il s’est aggravé chez les plus âgés, n’épargne pas non plus les plus jeunes.

>> A Lire: L’étude complète de la Fondation de France

Par rapport à 2010, les Français sont donc un million de plus à ne pas avoir de relations sociales au sein des cinq réseaux de sociabilité repérés par la Fondation de France. A savoir, les milieux familial, amical, affinitaire, professionnel ou de voisinage.

33 % des urbains en situation d’isolement

De toutes les générations, les plus de 75 ans ont subi de plein fouet cette montée de la solitude depuis quatre ans: en effet, une personne âgée sur quatre est désormais seule (27 % en 2014 contre 16 % en 2010).

Selon l’enquête, tous leurs réseaux de sociabilité se sont affaiblis et le phénomène s’est notamment amplifié dans les grandes villes. Ainsi, 33 % des personnes âgées résidant dans une ville de plus de 100.000 habitants sont en situation d’isolement, contre 21 % de celles résidant au sein d’une commune rurale.

>> Eclairage: Dans la rue, on meurt de solitude

Sans surprise, la perte d’autonomie et la maladie «jouent de manière très négative sur le maintien ou le développement de la vie sociale».

Les réseaux sociaux ne servent à rien

La pauvreté et l’accès à l’emploi semblent déterminants pour l’intégration sociale, souligne l’étude.

L’incidence du chômage est particulièrement forte entre 50 et 59 ans puisque, selon l’étude, 29 % des demandeurs d’emploi de plus de 50 ans sont seuls (contre 12 % en moyenne sur l’ensemble de la population).

En 2014, près d’un Français sur trois ne dispose que d’un seul réseau (familial, professionnel ou amical), notamment les inactifs, les bas revenus et les moins de 40 ans. Or «un seul réseau ne semble plus suffire à assurer la pérennité et la densité des liens sociaux».

>> Interview: Cyberdépendance, le risque de l’isolement

Selon l’étude, les réseaux sociaux virtuels ne sont pas une compensation au manque de liens sociaux: 80 % en situation d’isolement objective ne les fréquentent pas.

L’enquête a été réalisée par l’institut d’études TMO régions pour l’Observatoire de la Fondation de France par téléphone en janvier, auprès de 4.007 personnes âgées de 18 ans et plus.