Intermittents: Pour Filippetti, « il faut laisser le temps » à la réflexion

GRÈVE La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, interrogée sur la menace de grève qui pèse sur les festivals de l’été, a estimé ce vendredi qu’il «fallait laisser le temps à chacun (…) d’examiner en détail les mesures» proposées jeudi soir par Manuel Valls sur les intermittents…

20 Minutes avec AFP
— 
La ministre de la Culture Aurélie Filippetti et le député Jean-Patrick Gille, médiateur sur la question des intermittents, lors d'une conférence de presse sur leur statut, le 19 juin 2014 à Paris.
La ministre de la Culture Aurélie Filippetti et le député Jean-Patrick Gille, médiateur sur la question des intermittents, lors d'une conférence de presse sur leur statut, le 19 juin 2014 à Paris. — J.DEMARTHON / AFP

«On va laisser le temps à chacun de ceux qui se sont exprimés, de ceux qui sont inquiets, d’examiner en détail les mesures parce que c’est vraiment une revendication qu’ils portaient depuis onze ans», a déclaré la ministre, qui était invitée du «grand journal» de Canal +.

Elle a rappelé que les intermittents «étaient mécontents de la réforme de 2003 qui durcissait les conditions d’entrée (dans le régime d’indemnisation chômage) et surtout qui rendait encore plus précaires ces métiers».

L’effet du différé «neutralisé»

«Leur inquiétude a été entendue», a souligné la ministre, expliquant que la principale mesure contestée, le différé d’indemnisation qui introduit un délai avant que l’intermittent touche ses indemnités, «ne s’appliquera pas (…) parce qu’entre-temps, on ouvre une grande concertation. Et cette fois l’Etat est autour de la table pour faire enfin la grande réforme de l’assurance chômage des artistes et techniciens du spectacle que tout le monde attend depuis des années», a-t-elle assuré.

Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé jeudi que la convention d’assurance chômage contestée s’appliquerait, mais que l’Etat «neutraliserait» l’effet du différé d’indemnisation en prenant lui-même en charge financièrement cette mesure.

La CGT-Spectacle a annoncé un préavis de grève à compter du 1er juillet, et a appelé à une «grève massive» le 4 juillet, date d’ouverture du festival d’Avignon.