Intermittents: le Medef «regrette» la décision «inéquitable» du gouvernement

SOCIAL Le patronat critique la décision du gouvernement de s'engager dans une nouvelle dépense...

20 Minutes avec AFP
Manifestation des intermittents du spectacle qui font une marche funebre pour denoncer les coupes budgetaires. Toulouse, FRANCE-12/03/14
Manifestation des intermittents du spectacle qui font une marche funebre pour denoncer les coupes budgetaires. Toulouse, FRANCE-12/03/14 — FRED SCHEIBER

Le Medef a regretté vendredi que le gouvernement «ait cédé à la pression» des intermittents, jugeant «inéquitable» sa décision de «neutraliser» le différé d’indemnisation, mesure très contestée prévue par la nouvelle convention d’assurance chômage.

Le Medef «regrette que le gouvernement ait cédé à la pression

Dans un communiqué, l’organisation patronale «regrette que le gouvernement ait cédé à la pression et s’engage dans une nouvelle dépense, par ailleurs inéquitable, au moment même où des efforts sont demandés à tous les chômeurs». Le Medef note toutefois «avec satisfaction que la nouvelle convention de l’assurance chômage négociée par les partenaires sociaux sera agréée», comme l’a confirmé jeudi Manuel Valls. Il se dit «disposé à avancer rapidement dans une concertation avec les parties prenantes, comme prévu par l’accord du 22 mars 2014», signé par trois syndicats (CFDT, FO, CFTC) et le patronat (Medef, CGPME, UPA).

>> La télé emploie-t-elle trop d'intermittents? 

La CGT-Spectacle reconduit son préavis de grève pour l'ensemble de juillet

L’UPA (artisans) a dans le même sens salué dans un communiqué «la décision du Premier ministre d’agréer l’accord du 22 mars et de conforter ainsi la place du dialogue social et le rôle des partenaires sociaux».

Elle a aussi «accueilli favorablement la décision de réexaminer globalement la question des intermittents d’ici à la fin de l’année» et «considère que les actions de contestation doivent prendre fin rapidement afin que la saison culturelle de l’été 2014 puisse se dérouler dans les meilleures conditions». Opposant une fin de non-recevoir au «geste d’apaisement» de Manuel Valls envers les intermittents, la CGT-Spectacle a appelé vendredi à une «grève massive» pour l’ouverture du festival d’Avignon et reconduit son préavis pour l’ensemble de juillet, LE mois des festivals.