Avion: Risque de grève du 24 au 29 juin

TRANSPORT Mardi prochain, une grève des contrôleurs aériens pourrait perturber les premiers départs en vacances...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un avion Air France
Illustration d'un avion Air France — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Galère en vue pour les vacanciers. La grève des avions pourrait prendre le relai de la mobilisation et des perturbations sur les rails. Le troisième syndicat de contrôleurs aériens, l’Unsa-ICNA, a déposé un préavis de grève du 24 au 29 juin contre le plan de financement de la navigation aérienne pour 2015-2019 que présentera bientôt la France à Bruxelles, a-t-il indiqué à l’AFP.

Le syndicat reçu jeudi au secrétariat d’Etat aux Transports

Il pourrait être rejoint jeudi par le premier syndicat d’aiguilleurs du ciel, le SNCTA. «Nous déposerons un préavis jeudi matin (pour la même période) si les discussions entamées avec le ministère n’amènent pas à une sortie de crise d’ici ce soir», a indiqué à l’AFP Roger Rousseau, secrétaire national du SNCTA. «Si on devait aller à la grève, le mouvement serait très suivi» parmi les 4.000 contrôleurs aériens, selon Roger Rousseau. Le SNCTA pèse près de 41 % des voix (aux dernières élections), l’Unsa-ICNA 22,4 %.

Demande que les taux de redevance soient augmentés

Le projet du gouvernement comporte des taux de redevance «insuffisants pour que la France rattrape son retard technologique», estime son collègue Christophe Merlin, secrétaire général de l’Unsa-ICNA. Le dépôt de préavis de ce syndicat a été confirmé par l’Aviation civile. «Nous demandons qu’ils soient augmentés pour se rapprocher de nos voisins européens et arrêter d’avoir recours à l’endettement», dit-il. L’Unsa-ICNA doit être reçu jeudi matin au secrétariat d’Etat aux Transports.

Les «conditions de travail (des contrôleurs) ne peuvent être l’éternelle variable d’ajustement», souligne le syndicat dans son préavis. Tant Bruxelles que les compagnies aériennes poussent à une baisse des redevances acquittées par ces dernières, pour financer le contrôle aérien. Pour l’heure, le projet du gouvernement français propose d’augmenter une redevance et d’en baisser une autre.

Selon la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), dont dépendent les contrôleurs, le taux de redevance route doit augmenter de 5 % en 2015 puis rester stable. L’autre redevance, acquittée pour les services offerts à proximité des terminaux, doit baisser de 2 % en 2015 et jusqu’en 2019. Dans son projet de «Ciel unique» européen, Bruxelles demande une baisse de 2,5 % à euros constants par an, selon la DGAC. Les deux syndicats reprochent à Frédéric Cuvillier de manquer à ses engagements. En janvier, le SNCTA avait levé un précédent préavis après avoir obtenu «des garanties sur la sécurisation du financement des investissements pour les cinq prochaines années».