Grève SNCF: Le trafic s’améliore mais la grève continue

GRÈVE Le trafic de la SNCF, perturbé depuis une semaine, s’améliore de jour en jour mais la grève se poursuit…

20 Minutes avec AFP

— 

Un employé de la SNCF à la Gare du Nord (Paris Nord)le 18 juin 2014
Un employé de la SNCF à la Gare du Nord (Paris Nord)le 18 juin 2014 — Fred Dufour AFP

Les assemblées générales des cheminots en grève ont reconduit mercredi pour vingt-quatre heures le mouvement lancé par la CGT-Cheminots et SUD-Rail qui engendre toujours des perturbations, malgré un trafic «en augmentation continue», selon les prévisions de la SNCF.

Le trafic en amélioration

Au neuvième jour de grève, sept trains sur dix en moyenne circuleront sur les grandes lignes avec neuf TGV sur dix sur l’axe Est et trois TGV sur quatre sur l’axe Nord. Sept TGV sur dix circuleront sur l’axe Atlantique, un TGV sur deux sur l’axe Sud-Est et quatre sur dix sur l’axe province-province. Le dispositif spécial mis en place au profit des candidats au baccalauréat restera en place.

Le trafic des Intercités sera supérieur à un train sur deux en moyenne et deux TER sur trois circuleront en moyenne. Le trafic TER demeurera normal en Bretagne. En Ile-de-France, près de deux trains sur trois circuleront en moyenne avec un service normal seulement sur le RER A, géré par la RATP.

Les usagers réclament l’arrêt de la grève

«Face au calvaire que nous vivons depuis maintenant une semaine, les associations d’usagers du réseau Saint-Lazare demandent l’arrêt immédiat de ces lourdes perturbations et le retour à un service normal. Les usagers craquent devant ces conditions de transport aussi dégradées», affirment-elles dans un communiqué.

Le taux de grévistes en baisse

Pourtant, le taux de participation à la grève a baissé à 11,8 % pour l’ensemble du personnel, selon la direction. Il était de 27,64 % au premier jour. «C’est un effritement continu y compris maintenant chez les conducteurs et les contrôleurs», les plus engagés dans la grève, affirme la direction.

Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, a «contesté» les taux de grévistes communiqués quotidiennement par la SNCF. C’est une «opération de communication», a-t-il dénoncé, «pour nous faire croire que peu de salariés de la SNCF sont concernés par le mouvement».