Comment choisir une colonie de vacances pour son enfant?

VACANCES Mardi aura lieu au Sénat un débat sur l’avenir des colonies de vacances...

Delphine Bancaud

— 

Une colonie trappeurs à Luchon.
Une colonie trappeurs à Luchon. — UNOSEL

Mardi aura lieu au Sénat un débat sur l’avenir des colonies de vacances. L’occasion pour 20 minutes de délivrer quelques conseils pour choisir la meilleure formule de séjours collectifs. D’autant, que pour les départs cet été, il reste encore des places, surtout à partir du 15 juillet…

Choisir une thématique en fonction du profil de l’enfant

Il existe des colos pour tous les goûts: sportive (équitation, surf, voile, natation, foot, rugby, tennis, danse…), multi-activités, séjour à la ferme, cirque, randonnée, cuisine, conduite accompagnée, camp itinérant, linguistique, solidaire (pour monter un projet humanitaire), création de dessin animé, thâtre, développement informatique… «Les colonies étant accessibles aux enfants de 4 à 17 ans, il faut choisir la formule la plus adaptée à leur âge. Un petit ira davantage vers un séjour court de 5 jours multi-activités, alors qu’un ado s’épanouira davantage dans un séjour à thème. L’important est de ne surtout pas l’inscrire de force, mais au contraire de l’impliquer dans le choix de la formule», explique Kseniya Yasinska, déléguée générale de l’Unosel (Union nationale des organisations de séjours éducatifs et linguistiques).

Vérifier les critères de sérieux de l’organisme

Il doit impérativement avoir reçu l’agrément jeunesse et éducation populaire délivré par le ministère de la jeunesse et des sports, qui vérifie par ce biais les statuts de l’organisme, ses comptes, la transparence de sa gestion… «L’Unosel a aussi mis en place un label de qualité pour les organismes, afin de vérifier l’information sur les séjours, les conditions générales de vente, les quotas d’animateurs, les relations avec la clientèle…», précise Kseniya Yasinska. Mais les parents peuvent aussi de se faire leur propre idée de l’organisme, en contrôlant son ancienneté, en vérifiant qu’il a bien souscrit une assurance de responsabilité civile et qu’il propose de bonnes conditions d’hébergement… «Et même s’ils doivent être pris avec des pincettes, les avis des parents sur les forums Internet (magicmaman.com, aufeminin.com…) peuvent aussi aider à s’aiguiller dans l’offre», complète Kseniya Yasinska.

S’informer sur l’encadrement des enfants

Les normes sont strictes: pour une colonie accueillant des 4-6 ans, il faut un adulte pour encadrer 8 enfants. Pour les 7-17 ans, un animateur pour 12. La colonie doit aussi compter un directeur titulaire d’un Bafd (Brevet d’aptitude à la fonction de directeur) et un assistant sanitaire. Au moins la moitié des animateurs doivent avoir le Bafa (Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur) ou d’un diplôme équivalent.. Et l’organisme doit avoir un médecin référent qu’elle peut contacter facilement en cas de pépin de santé d’un enfant.

Contrôler la qualité des activités

«Il faut impérativement demander à l’organisateur un déroulé du séjour pour vérifier qu’il n’y a pas trop de temps morts dans la journée où l’enfant risque d’être livré à lui-même. S’informer sur le matériel utilisé pour les activités sportives permet aussi de se faire une idée sur la qualité des prestations proposées», indique Kseniya Yasinska..

Se repérer dans la jungle des prix

«Les formules les moins chères démarrent à 350 euros la semaine et les plus onéreuses (camp itinérant) à 1.500 euros. Pour une colonie sportive, il faut compter entre 600 et 800 euros la semaine», informe Kseniya Yasinska. Pour évaluer si le prix proposé n’est pas excessif, il faut aussi comparer les offres et conservez celles qui proposent le plus d’activités. Autre réflexe indispensable: «vérifier que le transport et les assurances sont bien inclus dans le forfait», précise Kseniya Yasinska. Et ne pas oublier que les bons vacances de la CAF (Caisse d’allocations familiales) ou les chèques vacances des comités d’entreprise permettent de faire baisser l’addition!