Pourquoi Nemmouche veut être jugé en France?

JUSTICE L’auteur présumé de la tuerie de Bruxelles a refusé, ce mercredi, d’être remis à la Belgique…

Vincent Vantighem

— 

Apolin Pepiezep, l'avocat de Mehdi Nemmouche, a précisé que son client souhaitait être jugé en France
Apolin Pepiezep, l'avocat de Mehdi Nemmouche, a précisé que son client souhaitait être jugé en France — Thomas Samson AFP

Dimanche, l’auteur présumé de la tuerie du musée juif de Bruxelles (Belgique) avait laissé entendre, par la voix de son avocat, qu’il ne s’opposerait pas à son extradition vers la Belgique. C’est pourtant ce que Mehdi Nemmouche a fait, ce mercredi midi, alors qu’un mandat d’arrêt européen lui était notifié par un magistrat de la cour d’appel de Versailles (Yvelines). 20 Minutes décrypte la procédure qui attend désormais le jeune originaire de Tourcoing (Nord).

Pourquoi a-t-il refusé son extradition?
«Nous souhaitons qu’il soit jugé en France d’abord parce qu’il est français, et qu’il est en France», a déclaré à la presse, ce mercredi, son avocat Apolin Pepiezep devant la cour d’appel de Versailles. Il a expliqué que certains des faits reprochés à Mehdi Nemmouche, notamment le port et le transport illégal d’armes, avaient été commis en France.

La justice peut-elle le contraindre à une extradition vers la Belgique?
Oui. La procédure n’aurait pris que quelques jours si Mehdi Nemmouche l’avait acceptée. Elle va donc juste prendre plus de temps. La chambre de l’instruction de la cour d’appel doit donc examiner jeudi à 11h00 la demande de la Belgique et rendra sa décision dans la foulée, selon une source judiciaire. Si elle valide l’extradition, Mehdi Nemmouche aura la possibilité de former un pourvoi en cassation. La haute juridiction aura alors 40 jours pour examiner à nouveau l’affaire.

Où se trouve-t-il désormais?
Entendu en garde à vue pendant cinq jours, Mehdi Nemmouche a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Bois d’Arcy dans les Yvelines en attendant une prochaine audience consacrée à son extradition.

Qu’ont appris les enquêteurs lors de sa garde à vue?
Cas rarissime, la garde à vue de Mohammed Nemmouche a été prolongée au-delà du seuil habituel de quatre jours. Pour autant, les enquêteurs n’en ont pas appris beaucoup de la bouche même du principal intéressé. D’après son avocat, il a essentiellement gardé le silence.

Sur quoi l’enquête belge va-t-elle porter?
La Belgique va mener une véritable instruction de toute cette affaire. Au-delà des faits précis, les enquêteurs belges veulent se pencher sur les relations de Nemmouche, place forte des candidats au djihad pour la Syrie où il s’est d’ailleurs rendu lui-même.

Pour cela, les enquêteurs belges vont se voir transmettre les éléments matériels saisis par leurs homologues français, notamment les armes et la caméra, selon une source française proche de l’enquête.

Sera-t-il jugé rapidement?
Contacté par 20 Minutes, Michel Vlies, bâtonnier de Bruxelles précise que l’enquête risque de prendre du temps. «Une fois l’instruction close, il sera sans doute renvoyé devant une cour d’assises vu la gravité des faits reprochés».