Pour briller à la machine à café: Gaël Monfils, les people passent le bac et la place Tiananmen

ACTU Les trois infos de ce mercredi 4 juin pour bien commencer la journée...

P.B.

— 

Gaël Monfils, le 2 juin 2014 sur le Central de Roland-Garros.
Gaël Monfils, le 2 juin 2014 sur le Central de Roland-Garros. — Michel Spingler

Le réveil a été dur ce matin? Vous n’avez pas eu le temps de faire le tour de l’actualité? Pas de panique. 20 Minutes vous donne les trois clés pour briller à la machine à café.

1. L’info du jour: Gaël Monfils affronte Andy Murray...

…Si le temps le permet. L'ambiance devrait être électrique sur le court comme dans le ciel. Avec de la pluie, et peut-être des orages annoncés, Gaël Monfils va tenter de passer l'obstacle Andy Murray en quart de finale, en fin d'après-midi. Après une victoire convaincante en trois sets face à Guillermo Garcia Lopez au tour précédent, le Français, à court de forme à cause d'une blessure à la cheville, aura fort à faire face à l'Ecossais, qui revient à son meilleur niveau.

Murray mène 3-2 dans leurs affrontements directs mais Monfils s'était imposé lors de leur dernier match, en 2010 à Bercy. Sauf qu'entre temps, Murray a gagné Wimbledon. «On dit qu’Andy est moins bon sur terre, mais il met quand même trois sets à Verdasco. Alors s’il joue moins bien, c’est léger», estime le Français. S'il gagne, ce serait la second fois de sa carrière que Monfils arrive en demi-finale à Roland Garros. En 2008, il était tombé avec les honneurs face à un grand Federer.

2. Le programme télé le plus commenté: «Les people passent le bac», sur NRJ 12

Comme tous les élèves de terminale, les people sont en pleines révisions. Le prime, diffusé à 20h50, a généré 11.301 tweets, selon Seevibes. Le chanteur Olympe, qui «n'aime pas les maths», est visiblement le plus suivi sur Twitter.

3. Il y a vingt-cinq ans...

Le 4 juin 1989, les manifestations de la place Tiananmen, à Pékin, se concluent par un massacre. Le mouvement, initié par les étudiants et les ouvriers et soutenu par les intellectuels, réclame des réformes démocratiques et anti-corruption. Après plusieurs jours de manifestations dans les grandes villes du pays, le gouvernement décide de faire intervenir l'armée et envoie les chars. Le nombre exacte de victimes n'est toujours pas connu à ce jour.