Cinq infos dans le rétro: Medhi Nemmouche, Sarkozy, Federer...

ACTU Si jamais vous avez profité du soleil loin des médias, voici l’essentiel de l’actu...

David Blanchard et Anaelle Grondin

— 

Le suspect interpellé à Marseille
Le suspect interpellé à Marseille — STR/AFP

Un nouveau week-end prolongé, et le soleil en prime: vous en avez probablement profité. Si tel est le cas, vous avez bien fait. Mais maintenant qu’il est l’heure de rentrer dans les bouchons, de laver les enfants ou du repassage du dimanche soir, vous vous demandez : «Mais au fait, qu’est-ce qu’il s’est passé ce week-end?» Pas de panique, la rédaction de 20 Minutes était là, fidèle au poste, 24h sur 24 et vous concocte ce petit résumé de l’actu. Voici cinq infos dans le rétro.

1. Le terroriste présumé de Bruxelles interpellé

C'est la principale info du week-end. L'arrestation date de vendredi, mais elle n'a été dévoilée que dimanche matin: les douaniers de Marseille ont interpellé lors d'un contrôle de routine un homme qui semble être l'auteur du quadruple meurtre du musée juif de Bruxelles. Des indices «graves et concordants», selon l'expression du procureur de Paris François Molins, pèsent contre Medhi Nemmouche. Les enquêteurs ont notamment retrouvé dans ses bagages des armes correspondants à celles utilisées à Bruxelles, ainsi qu'un film de revendication de cette action. L'homme se serait radicalisé lors d'un long séjour en prison, avant de rejoindre les djihadistes syriens en 2013.

L'info en plus: La justice belge va prochainement demander l'extradition du suspect, mais la France pourrait souhaiter le juger d'abord à Paris, car l'une des victimes est française.

2. Sarkozy pourrait reprendre la tête de l'UMP

Sarko, le retour? Empêtré dans l'affaire Bygmalion, le principal parti d'opposition ne sait plus vers qui se tourner. Dans le Parisien dimanche, Nadine Morano a jugé le triumvirat Raffarin-Fillon-Juppé illégitime, car non prévu dans les statuts de l'UMP. A quelques mois d'un congrès extraordinaire qui doit désigner en octobre le nouveau président, Brice Hortefeux est sorti du bois dimanche dans le JDD pour presser Nicolas Sarkozy d'en reprendre les rênes: «Nous avons besoin d’un chef, d’un parti et d’un projet, et lui seul a l’expérience et la compétence pour y parvenir.» Reste à savoir ce qu'en pensent les militants, et le fameux triumvirat...

L'info en plus: A gauche, rien ne va plus non plus. François Hollande est plus que jamais critiqué, même dans son propre camp. Selon un sondage du Figaro publié vendredi, seulement 3% des Français souhaitent qu'il se représente en 2017.

3. Un soldat américain libéré contre cinq talibans

L'histoire rappellera quelque chose aux fans de la série «Homeland». Le gouvernement américain a autorisé la libération de cinq cadres talibans emprisonnés à Guantanamo, en échange d'un soldat détenu en Afghanistan. Le sergent Bergdahl, seul soldat américain capturé par les talibans depuis le début du conflit en 2001, a été relâché samedi.

L'info en plus: Deux prêtres italiens et une religieuse canadienne enlevés début avril au Cameroun ont été libérés dans la nuit de samedi à dimanche. Leur enlèvement n'a jamais été revendiqué, même si le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram est soupçonné.

4. Le doublé pour Toulon

Jonny Wilkinson restera comme un héros éternel sur la Rade. L'ouvreur anglais a ajouté samedi soir une énième ligne à son incroyable palmarès en permettant à son club de Toulon de battre Castres sur la pelouse du Stade de France, une semaine après sa victoire en coupe d'Europe. Ce doublé est une première en France, pour la dernière de Sir Jonny, qui va prendre sa retraite sportive.

L'info en plus: Roger Federer s'est incliné dimanche contre le Letton Ernest Gulbis en cinq sets. C'est la première fois depuis 2004 que l'ancienne terreur des courts perd dès les 8e de finale à Roland-Garros.

5. Vos «selfies» interceptées par la NSA pour son programme de reconnaissance faciale?

Le New York Times révèle que l’agence nationale de la sécurité américaine enregistre des millions de photos d’internautes chaque jour pour alimenter une base de données dédiée à son programme de reconnaissance faciale. Une porte-parole de la NSA a refusé de dire si l’agence se servait sur Facebook, mais a défendu: «Nous ne pourrions pas faire notre travail si nous n'avions pas cherché des façons d'améliorer la précision des activités de renseignement».

L’info en plus: Vingt-quatre heures seulement après avoir lancé son formulaire en ligne dédié au «droit à l’oubli», Google a reçu 12.000 demandes d’internautes européens souhaitant voir disparaître certains résultats de recherche.