Rodéo meurtrier à Noisy-le-Sec: Le maire veut une loi «sur les grosses cylindrées»

FAITS DIVERS Deux jeunes automobilistes au volant de puissantes voitures de location ont mortellement fauché un ouvrier vendredi en marge d'un mariage...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration: police, un policier français en 2014.
Illustration: police, un policier français en 2014. — PATRICK KOVARIK / AFP

Le maire de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) a appelé samedi à «légiférer la location de grosses cylindrées» après un rodéo en voiture entre deux invités d'un mariage ayant coûté la vie vendredi à un ouvrier fauché sur un trottoir.

«Il faut légiférer. Soit on interdit la location de ces grosses cylindrées à des jeunes inexpérimentés, soit on crée un permis spécifique pour les conduire, comme pour les motos», a déclaré à l'AFP Laurent Rivoire, maire UDI de la commune de 40.000 habitants. Dans une lettre envoyée vendredi soir au ministre de l'Intérieur, l'édile demande «des mesures au niveau national» pour éviter «un nouvel accident dramatique».

«Les conducteurs avaient une Mercedes et une Porsche Cayenne»

Vendredi, à l'occasion d'un mariage qui réunissait 200 personnes, une course entre deux invités à bord de deux bolides de location a fait un mort, un ouvrier qui chargeait son camion sur le trottoir après sa journée de travail. L'homme âgé d'une quarantaine d'années, originaire de Roumanie, est mort sur le coup. Il était marié et père de trois enfants.

«Les conducteurs avaient une Mercedes et une Porsche Cayenne. Mais il y avait aussi deux Ferrari et une Lamborghini dans le cortège», a précisé le maire, ajoutant que l'accident s'était produit en plein milieu d'après-midi dans une rue étroite du centre-ville où il y a beaucoup de piétons.

A l'instar d'autres communes de France, la municipalité de Noisy-le-Sec fait signer depuis 2012 à tous les futurs époux qui viennent déposer leur dossier une «charte de bonne conduite». Elle stipule le respect des horaires, de la salle des mariages, de la tranquillité des riverains, ainsi que celui du code de la route. «Depuis deux ans, on constatait qu'il y avait moins d'incivilités», a indiqué Laurent Rivoire, qui plaide désormais pour «un véritable engagement moral des mariés et, surtout, qu'ils fassent connaître cette charte à leurs invités».

Les deux automobilistes toujours en garde à vue

Selon une source judiciaire, les deux automobilistes, âgés de 22 et 27 ans, étaient encore en garde à vue samedi. «Aucune trace d'alcool et de stupéfiants n'a été trouvée sur eux», a précisé cette source, les circonstances de l'accident étant encore «à déterminer».

Selon le maire, l'exploitation des images de vidéosurveillance de la rue était en cours.