Arbitrage Tapie: Il n'y a «pas d'élément qui justifierait» une mise en cause de Guéant, selon son avocat

JUSTICE Me Philippe Bouchez-El Ghozi a dénoncé «un dénigrement», «une orchestration politique», dont serait victime l'ancien secrétaire général de l'Elysée...

R.L. avec AFP

— 

France's Interior Minister Claude Gueant is seen at the presidential Elysee Palace at the end of the weekly cabinet meeting on March 29, 2011 in Paris. AFP PHOTO LIONEL BONAVENTURE
France's Interior Minister Claude Gueant is seen at the presidential Elysee Palace at the end of the weekly cabinet meeting on March 29, 2011 in Paris. AFP PHOTO LIONEL BONAVENTURE —

Il n'existe pas dans le dossier de l'arbitrage Tapie «d'élément qui justifierait une éventuelle mise en cause de Claude Guéant», a estimé mercredi son avocat à l'issue d'une garde à vue qui sera suivie d'une convocation devant un juge.

Claude Guéant sera convoqué ultérieurement par les magistrats

Lors d'une audition entamée lundi 26 mai, Claude Guéant a répété aux enquêteurs de la brigade financière sa conviction «que les décisions qui ont été prises par le gouvernement, avec l'accord de l'Elysée, l'ont été dans le seul souci des considérations générales de l'Etat et sans aucune autre considération», a déclaré à la presse Me Philippe Bouchez-El Ghozi.

Les juges soupçonnent que l'arbitrage dont a bénéficié en 2008 Bernard Tapie sur la revente d'Adidas ne soit le fruit d'un simulacre d'arbitrage organisé avec l'aval de l'exécutif de l'époque.

Claude Guéant sera convoqué ultérieurement par les magistrats, selon une source proche de l'enquête. L'avocat a précisé qu'à ce jour, il n'avait pas reçu de convocation.

«Orchestration politique»

«Avec les éléments qui nous ont été présentés dans ce dossier je considère qu'il n'y a absolument pas d'élément qui justifierait une quelconque mise en cause de Claude Guéant dans ce dossier», a déclaré Me Bouchez-El Ghozi, insistant sur le fait que son client ne faisait «l'objet à cette heure d'aucune poursuite».

L'avocat a dénoncé une «campagne de dénigrement» à l'encontre de Claude Guéant mais aussi «plus largement à l'encontre de ce qu'il représente dans ses fonctions d'ancien secrétaire général de l'Elysée». «Il y a une campagne de déstabilisation. Il considère être victime d'une orchestration politique à son endroit», a insisté l'avocat.