Pour rester libre, Isabelle Balkany doit verser une caution... d'un million d’euros

JUSTICE D'après une information Mediapart...

C.B.

— 

Isabelle Balkany le 16 mars 2011 à Levallois-Perret
Isabelle Balkany le 16 mars 2011 à Levallois-Perret — Martin Bureau AFP

Un million d’euros. C’est la somme qu’Isabelle Balkany, épouse et première adjointe du maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), devra débourser si elle souhaite rester libre. Mise en examen jeudi pour blanchiment de fraude fiscale, elle a pu rejoindre son domicile dans la soirée. Mais si elle veut éviter la détention préventive, la femme de Patrick Balkany devra donc «s’acquitter d’une caution d’un million d’euros, au terme du contrôle judiciaire», révèle Mediapart.

Perquisitions dans deux villas

La mise en examen d’Isabelle Balkany mais aussi celle de Jean-Pierre Aubry, ancien directeur de cabinet de Patrick Balkany à la mairie et intime du couple, est liée à des «questions fiscales et patrimoniales», a expliqué Me Lafarge, l’avocat d’Isabelle Balkany, insistant sur le fait qu’elle n’était pas, selon lui, liée à l’activité politique du couple.

Au centre des préoccupations des enquêteurs, qui ont également mené des perquisitions mercredi, deux villas, à Saint-Martin aux Antilles et à Marrakech au Maroc, selon une source proche de l’enquête. Les enquêteurs se demandent si Isabelle et Patrick Balkany, qui en sont des usagers, n’en sont pas aussi les véritables propriétaires, dissimulés derrière des prête-noms et un écheveau de sociétés off-shore et de comptes bancaires dans des paradis fiscaux.