Des fonctionnaires vont être formés pour aider les proches des candidats au jihad

PROGRAMME Leur formation sera assurée place Beauvau en juin par des spécialistes policiers de l'antiterrorisme...

20 Minutes avec AFP

— 

Les jeunes radicaux musulmans, qui fréquentaient la mosquée de Cannes et ont été pris dans un coup de filet antiterroriste, étaient des "marginaux ignorants" de leur religion, a estimé lundi le recteur Mustapha Dali dans un entretien à la radio France Bleu Azur.
Les jeunes radicaux musulmans, qui fréquentaient la mosquée de Cannes et ont été pris dans un coup de filet antiterroriste, étaient des "marginaux ignorants" de leur religion, a estimé lundi le recteur Mustapha Dali dans un entretien à la radio France Bleu Azur. — Jean Christophe Magnenet afp.com

Des fonctionnaires de préfectures seront formés en juin à Paris dans le cadre du plan lancé par le gouvernement afin de venir en aide aux familles dont les proches partent faire le jihad. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a envoyé vendredi une circulaire aux préfets afin de mettre en œuvre l'une des préconisations de ce plan, a précisé l'Intérieur lundi. 

Il s'agit de la formation des agents de l'Etat qui seront amenés à «être en contact» avec des familles dont des proches sont partis faire le jihad en Syrie par exemple ou ont des velléités de le faire. Ces familles, détaille la circulaire, doivent pouvoir trouver un «appui», dans un souci de «prévention» également.

Soixante-dix signalements «très sérieux» de candidats au jihad en Syrie

Plusieurs sessions de formation seront assurées entre le 9 et le 20 juin place Beauvau par des spécialistes policiers de l'antiterrorisme (sur les filières et le conflit syrien) mais aussi par des représentants d'associations spécialisées dans la protection de l'enfance et les dérives sectaires. Deux demi-journées de formation de douze heures sont prévues, précise la circulaire de l'Intérieur, et les préfets peuvent désigner jusqu'à quatre agents par préfecture, a dit aussi la place Beauvau, sur la base du volontariat.

Il s'agit de former ces fonctionnaires qui auront un rôle eux aussi «d'appui» et de «conseil» aux familles, a ajouté le ministère, pas plus. Un plan gouvernemental de lutte anti-jihad, contre les filières vers la Syrie notamment, a été présenté le 23 avril par Bernard Cazeneuve. Une des mesures phares est la possibilité donnée aux proches de candidats potentiels au jihad de les signaler sur une plate-forme internet et un numéro vert. Ce dernier fonctionne depuis le 29 avril.

Soixante-dix signalements «très sérieux» de candidats au jihad en Syrie ont été répertoriés depuis sa mise en place et «cinq à six départs ont été empêchés», a annoncé dimanche le ministre de l'Intérieur.