DJ tué au Blanc-Mesnil: L'accusé se présente libre au tribunal

William Molinié

— 

Salle à louer Château d'Egypte au Blanc-Mesnil (Seine Saint-Denis), devant laquelle Claudy Elisor a été tué la nuit du 31 décembre 2010.
Salle à louer Château d'Egypte au Blanc-Mesnil (Seine Saint-Denis), devant laquelle Claudy Elisor a été tué la nuit du 31 décembre 2010. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Le risque de la prison ou la cavale? Son avocat avait juré qu’il viendrait. Amadou Fall, 24 ans, s'est présenté de lui-même ce vendredi matin à 9h30 devant la cour d’assises de Seine-Saint-Denis à Bobigny où il est jugé pour le meurtre de Claudy Elisor.

Ce DJ antillais, père de famille de 33 ans, a été roué de coups et battu à mort au cours d’une soirée qu’il animait, pour le Nouvel an 2011, au Blanc-Mesnil. Il était 4h du matin quand une dizaine de jeunes d’une cité voisine avaient déboulé dans la salle, prévenus par un jeune qui s’était fait refouler.

Erreurs de la justice

Même s’il s’est teint les cheveux en blond pour brouiller les pistes, selon les enquêteurs, Amadou Fall a été reconnu par plusieurs témoins comme celui qui a été éconduit. Incarcéré, il avait ensuite été libéré à la suite d’une panne de fax au tribunal de Bobigny, un problème d'encre ayant empêché la transmission d’un document à un juge des libertés et de la détention qui n'a pas pu rendre sa décision dans les délais impartis par la loi.

«Je ne sais pas s’il viendra. Je l’espère», confie à 20 Minutes Fabienne Elisor, la veuve du DJ tué. Malgré les erreurs et égarements de la justice au cours de l’enquête, elle se dit plutôt «confiante» à la veille du procès. «Sur le fond, je me dis qu’il y a des témoins qui l’ont vu. Moi-même je l’ai vu. Personne ne peut dire qu’il n’était pas présent», ajoute-t-elle.

«J’appréhende beaucoup»

Le deuxième accusé, Alassane Diop, aurait lui aussi participé au lynchage, selon les enquêteurs. Tous deux clament leur innocence. Surtout, l’enquête manque cruellement de preuves formelles et de traces ADN. «C’est le dossier du témoignage et de sa fragilité», a regretté auprès de l’AFP Gilles-Jean Portejoie, l’avocat d’Amadou Fall.

La veuve Elisor se tient prête à témoigner. «Malgré tout, j’appréhende beaucoup ce procès. C’est la première fois… On m’a dit qu’il fallait s’accrocher», conclut-elle. Le procès est prévu pour durer une semaine. Verdict le 23 mai.